AFRIQUE: le renforcement de la présence chinoise fait trembler l’Occident qui va perdre des plumes

Bref rappel historique

En effet, l’Afrique est traditionnellement animiste. L’Islam et le Christianisme sont des religions étrangères.  Le premier nommé nous est venu de l’Arabie. D’aucuns disent que les pionniers de cette religion ont débarqué sur les côtes de l’est africain et que leur présence s’est fait dans la violence. Ensuite, ce fût le tour des européens avec leur Christianisme qui s’emparèrent et dépecèrent le vieux contient. Cette colonisation a été sans conteste très sanguinaire. C’est pendant cette présence occidentale que les africains auraient connu les pires atrocités. Pendant ce temps, Elle aurait été vidée de sa population (hommes, femmes et enfants) pour des destinations diverses pour aller servir comme proie. Aussi, régnèrent durant cette période, des guerres, des massacres et des génocides sur les populations autochtones. Surexcités par leurs intérêts divergents et les richesses immenses trouvées sur place, la folie mortuaire des colonialistes devenait en plus en plus grave et des tensions naissaient entre eux. Aussi, les britanniques se croyaient supérieurs aux autres européens comme les portugais, les espagnols et les français. Finalement c’est en 1885, à la conférence de Berlin que les européens décidèrent du partage du gâteau africain afin d’amoindrir leurs rivalités qui ont conduit dans certains cas à de vives tensions entre eux. Mais il faudra remarquer qu’il n’y a pas que les pays africains qui ont été colonisés. Les pays asiatiques ont connu le colonialisme britannique atroce. Vers les années 60, la Chine était un pays rural très pauvre. Elle aurait été également colonisée par le Japon. Pendant ce temps, la Corée du Sud, le Ghana et Le Sénégal étaient presque au même niveau de développement économique. Mais actuellement ces pays asiatiques nous devancent de très loin et s’en sortent assez bien. Ils sont devenus des pays émergeants.

Après les indépendances, beaucoup de pays colonisés à l’instar des pays africains prirent leur destin en mains. Certaines puissances coloniales auraient senti la nécessité de réduire leur présence tout en restant très proches de leurs anciennes colonies qu’ils considéraient comme leurs propriétés privées.

Aussi, au vingtième siècle, de nouvelles puissances comme les États-Unis, la Chine, le Canada, la Russie et d’autres sont apparues dans l’échiquier mondial. Ces dernières avec leurs développements fulgurants auraient eu besoin de plus en plus de ressources et nouveaux marchés. L’Afrique et le Moyen-Orient allaient être leurs terrains de prédilection car les matériaux y sont immenses et presque inépuisables.

L’état des lieux avec certaines puissances étrangères en Afrique

Les français déjà présents avant le 18ieme siècle ont renforcé leur régularité. Ils répondent présents dans presque tous les secteurs d’activité économique.  Ce retour en force de la France au Sénégal en particulier et en Afrique en général, est dû au recul de cette dernière dans le classement mondial. Son économie bat de l’aile. De nouveaux pays émergents asiatiques et autres sont entrés en jeu devançant largement ce pays de l’hexagone. Elle est en train de s’agripper désespérément à ses anciennes colonies et fait tout pour maintenir au pouvoir des régimes corrompus et extrêmement inhumains. Elle encourage des fraudes électorales et elle utilise l’Union Européenne pour valider des scrutins à l’haïtienne où le nombre de votants est supérieur au nombre d’inscrits. Mais cette ancienne puissance est très fortement implantée. Elle ne semble pas laisser un iota aux nouvelles puissances avides de ressources. La population est très mitigée quant à sa présence. Mais, elle semble de plus en plus réfractaire à sa présence depuis peu.

Cependant, la présence canadienne en Afrique laisse à désirer. Elle serait plutôt malsaine. Apparemment certains représentants d’organismes de coopération internationale préfèrent passer leurs temps dans des hôtels très luxueux où le prix du café avoisinerait les 10 dollars. Ils sont les meilleurs clients des belles plages. On les accuse souvent d’appâter une jeunesse pauvre, égarée et oisive. Car l’emploi est rare. Certaines mauvaises langues africaines les traitent de pédophiles. D’autres les accusent d’espèces pervers ou de propagateurs de maladies graves comme le sida. Ils n’ont presque pas de contact avec la population qu’ils méprisent. Ils se déplacent en voitures de luxe climatisées sur le terrain pour charrier dans bien des cas de fausses promesses. Aussi, on rapporte que nos plénipotentiaires (diplomates, hommes d’affaires et autres) sont également rendus maîtres dans la filouterie, le mensonge et l’escroquerie. On se rappellera de cette promesse non tenue, de creuser un forage pour les populations du village de Montréal au Sénégal, par les autorités de l’ambassade du Canada. On n’est pas également surpris d’entendre la société Radio- Canada évoquer un cas de parfum d’évasion fiscale de 8 millions de dollars concernant la compagnie SNC-Lavalin Mauritius. Dans le passé, de l’aliment de bétail (du sorgho rouge) aurait été distribué aux populations locales du Sénégal. On l’appelait à l’époque le grain canadien. Les gens disaient que c’était une contribution du Canada. Cependant, Je n’ai jamais trouvé cette denrée dans les épiceries canadiennes. Les populations du village de Yitty et de Roto Ery ne me contrediront pas. Ces populations n’ont jamais aimé ces graines. D’ailleurs, ils se moquaient du Canada en parlant de son sorgho rouge qu’on appelait « gawri canada » en langue nationale.  Ils pensaient que celui-ci était destiné aux prisonniers ou aux animaux. Aussi, selon toute vraisemblance, la coopération entre Hydro-Québec-Elyo et la SENELEC aurait été dommageable pour le Sénégal. C’est pourquoi l’état de ce pays décida de leur séparation en 2002. Il paraitrait que ce pays aurait perdu de l’argent pendant cette triste période de collaboration.

Pourtant les intérêts canadiens dans cette partie de l’Afrique sont astronomiques et incalculables. La bauxite utilisée par l’Alcan provient de la Guinée.  L’apport de cette compagnie dans notre économie est énorme et elle serait irremplaçable. Sans compter d’autres compagnies minières qui y font de la pluie et du beau temps. Aussi, contrairement à la croyance populaire, le Canada retire plus en Afrique qu’il n’en donne.  A ce titre, on peut dire que c’est l’Afrique qui nous nourrit. D’aucuns disent que le Canada est le plus à perdre avec l’arrivée en force de la Chine, car sa politique étrangère actuelle qui consiste à tirer le maximum et à ne rien donner ou presque, est inadaptée.  De plus la consolidation de la présence de nouveaux joueurs va monter les enchères. Les africains seront simplement du côté où l’offre est meilleure.

Par contre les américains avec l’USAID et le corps de la paix sont partout. Ils sont dans les coins les plus reculés du contient. Ils construisent des centres de santé, des dispensaires, des lycées ou autres. Bref, ils sont dans tout ce qui peut soulager la population locale très mal au point. Ils déversent des milliards de dollars dans les économies africaines avec entre autres leur programme du millénium. Leur pays est la première destination de l’immigration africaine. De plus, tous les pays veulent commercer avec ce géant riche et diversifiée. Les opportunités sont immenses dans le pays de l’once Sam et c’est le meilleur pays pour réaliser ses rêves. C’est un pays ouvert sur le monde et la libre entreprise y est encouragée.

Les chinois ont copié le modèle de coopération américaine dès leur présence sur le sol africain. Ils sont également partout et nulle part. Ils creusent des forages à des prix bas et très compétitifs. Ils pratiquent l’élevage et font des routes. D’ailleurs on vient de leur confier la construction de l’autoroute, ILA TOUBA pour plus d’un milliard de dollars. Des hôpitaux et des arènes ont été également réalisés par eux. Des produits africains tels que l’arachide entre autres sont déjà commercialisés sur le marché chinois. Elle injecte également des milliards de dollars au chapitre d’aide ou de prêt au développement.

Ce pays est bien perçu et les africains raffolent de cette coopération chinoise.  De plus, ses expatriés sont des gens terre à terre, très humbles, discrets et consomment du local. Ils participent à toutes les activités quotidiennes de la vie. Dans certains pays, ils sont dans les baptêmes, les mariages, les deuils et les autres cérémonies. Les africains bien que très méfiants sont très confortables avec les asiatiques en général.

L’Afrique se tourne de plus en vers la Chine et d’autres pays asiatiques

En effet, c’est ce samedi 21 juillet 2018 que le président chinois, Mr Xi Jinping a foulé le sol sénégalais considéré comme la porte d’entrée du continent.  C’est un pays en mutation et on vient d’y découvrir du pétrole et du gaz. Cette découverte en plus de la richesse en minerais du sous-sol du pays, a aiguisé beaucoup d’appétitLe raffermissement de la présence de ce géant asiatique en Afrique où les occidents ont fait beaucoup de mal commence à irriter beaucoup de concurrents. La coopération traditionnelle va sûrement changer de visage. Ces puissances de l’Ouest qui considéraient ces pays pauvres d’Afrique comme des propriétés privées vont perdre inéluctablement leur influence et leurs marchés. Leur approvisionnement en matières premières vitales pour leurs économies n’est plus garanti. Une douloureuse perturbation est à prévoir. On redoute des lendemains sombres et on tremble à l’idée de devoir partager avec cette nouvelle puissance économique qui ne leurs fera pas de cadeaux. La population locale assez sympathique au nouveau venu va également lui faciliter son implantation et son intégration. On espère que les africains tireront profit de cette nouvelle donne économique. Que le meilleur gagne !

 

Gondiel KA

Montréal, Canada

514-259-0613