Concertation autour des ressources : Tous les Sénégalais doivent sentir l’odeur du pétrole et du gaz

On ne tire pas sur les ambulances mais on ne devrait pas tirer sur du pétrole et du gaz qui sont des liquides inflammables.

0
46

L’appel à la concertation du Président de la République Macky SALL à toutes les forces vives de la nation à la concertation sur la gestion des ressources gazières et pétrolières et à la réflexion pour permettre à notre pays de mieux tirer profit des ressources naturelles, du pétrole et du gaz, dans « la cohésion et la solidarité » suscite à nouveau un débat politique.

Mon propos n’est pas de dénoncer une nouvelle fois les turpitudes d’une opposition qui rentre dans l’ère des fins : Fin du débat, fin du consensus, fin de la concertation avec une faim du pouvoir dont il est inutile de dresser la longue litanie. Face à des thèmes qui touchent aux fondamentaux de notre société la question du pétrole et du gaz est en train d’être ramenée à un débat de politique politicienne. Ce qui est en cause c’est la capacité de notre société à pouvoir débattre sur ce qui la fonde et sur ce qui est essentiel pour elle : Son bien commun.

Loin d’être politique le débat sur le pétrole et le gaz est un débat de société car tous les sénégalais doivent sentir l’odeur du pétrole et du gaz. 

Notre société ne souffre pas d’une absence mais d’une prolifération de repères qui offrent à chacun la possibilité de se bâtir son propre cadre de référence. La crise actuelle de notre société est une crise d’identité qui affecte malheureusement nos hommes politiques. En parlant toujours dans le vide, de processus et de méthode alternative de gouvernement, on n’oublie de parler des finalités et de projets que l’on souhaite mettre en avant. C’est pourtant cela dont on devrait parler en politique.

La politique est-elle encore capable de porter un projet et d’inspirer à notre peuple une mobilisation collective pour un avenir diffèrent? 

En d’autres termes avant de faire la politique autrement, nos hommes politiques auraient intérêt à faire de la politique tout simplement. C’est à dire qu’ils ne se contentent pas de gérer la société au rythme de l’actualité médiatique, qu’ils ne se soumettent pas à des intérêts partisans mais qu’ils s’emparent des enjeux de fond qui traversent la société.

Des hommes politiques qui sont à la hauteur des questions qui façonnent notre temps et qui croient en la politique. C’est cela qui nous manque au Sénégal.

 

Sada Diallo, Président du Mouvement Sicap Debout 

PARTAGER