Evasion fiscale de 49 milliards CFA : GCO au Sénégal indexé

Après les Panama Papers ou «Panamaleaks», voici les «Westafricaleaks», un consortium de 13 journalistes ouest-africains qui se veut une réplique sous-régionale du consortium international des journalistes d’investigation. l.

0
39

Dans leur publication d’hier, le consortium s’est intéressé à l’évasion fiscale. Pour le cas du Sénégal, a été mise en cause une multinationale canadienne qui aurait utilisé une filiale basée en Île Maurice, considérée comme paradis fiscal, pour éviter de payer de millions de dollars en impôts au Sénégal.

Selon Les Echos qui reprend l’information, cette société, l’une des plus grandes sociétés d’ingénierie du monde, a conclu un accord de 50 millions de dollars pour la construction d’une usine de traitement au Sénégal, sur la côte atlantique pour le compte de GCO qui exploite le zircon.

Paradis fiscal réputé, l’île Maurice a offert à la société d’ingénierie SNC-Lavalin un avantage significatif. En effet, écrit le journal, une convention fiscale déséquilibrée signée avec le Sénégal, a permis à la firme canadienne, d’éviter jusqu’à 8,9 millions de dollars (49,4 milliards F Cfa) en taxes.

Selon l’auteur de l’article, le traité Sénégal-Île Maurice conclu en 2004, est l’un des nombreux accords qui permettent aux pays pauvres d’Afrique et d’Asie de conserver des milliards de dollars de recettes fiscales chaque année. Il précise que les 49 milliards de taxes auraient couvert la moitié du coût de fonctionnement du plus grand hôpital public sénégalais pendant un an.