Gestion de l’AIBD : les entreprise sénégalaise, à leur tête Yérim Sow, manifestent leur colère

0
55

La sourde révolte nationaliste qui, depuis quelque temps, secoue l’Aéroport international Blaise Diagne vient de donner naissance à un collectif des opérateurs sénégalais constitué par des sociétés comme Teyliom de Yérim Sow, Senecartours, Global Com, Infinity Sénégal… 

Ces nationaux dénoncent la cherté de l’aéroport et les contrats usuriers imposés par la société gestionnaire, notamment le consortium Limak-Aibd-Summa.

Nos sources, parmi les contestataires, reprochent à  la direction de LAS (Limak-Aibd- Summa) de traiter ses partenaires selon un double-standard. « Par exemple : les entreprises sénégalaises paient un ticket d’entrée à titre de caution préalablement à toute collaboration, alors qu’à l’opposé, le Français Lagardère, qui gère la boutique duty-free, jouit d’un contrat à revenue-sharing. La société turque Secco, spécialisée dans la restauration, bénéficie du même traitement de faveur. Et dire que pour ces deux dernières entreprises, les avantages ont été négociés chez Recep Teyip Erdogan. Entendez sans l’implication de la partie sénégalaise », déclare un membre du collectif câblé par Dakaractu.

Contactée par nos soins, la direction, qui  joue la carte de l’apaisement, invite les dirigeants des entreprises sénégalaises précitées à dialoguer.

Lire aussi : AIBD : Polémique après le retrait du Fret à Teyliom Logistics au profit des Turcs de 2AS

« Nous avons signé un contrat commercial avec des privés nationaux qui ont souscrit à nos propositions en connaissance de cause. S’il y a des malentendus au moment de l’exploitation, nous sommes prêts à négocier. C’est une épreuve que nous devons surmonter entre partenaires », précise-t-on, du côté de la direction.

Toutefois, pour le cas Teyliom de Yérim Sow, il se dit que cette société est liée par un contrat à l’APIX et qu’il n’existe pas une collaboration directe entre elle et la direction de l’aéroport de Diass.

PARTAGER