LIGUE 1 : Le résumé des 3 grosses affiches de la journée : « Real-Barça, Naples-As Roma, PSG-OM

Les trois plus grosses affiches des championnats de Ligue 1 français, italien et espagnol de football se sont déroulé ce dimanche 28 Octobre. Des matches qui étaient très attendus et qui ont honoré de leur charme. Voici le résumé. 

Espagne : sans Messi, le Barça écrase un Real Madrid au plus mal et redevient leader

Même sans Messi mais porté par Suarez (triplé), le Barça a remporté haut la main le Clasico en écrasant le Real Madrid (5-1), au plus mal. Avec ce succès, le club catalan reprend la tête de la Liga. Les Merengue sont 9es.

Fin de série pour Casemiro

Le milieu de terrain brésilien a subi aujourd’hui sa première défaite face au rival blaugrana au Camp Nou.

C’est une véritable correction qu’a subi aujourd’hui le Real Madrid. Face au Barça orphelin de Lionel Messi, le club madrilène a encaissé cinq buts pour seulement un but marqué. Un gifle et donc une défaite, voilà avec quoi repartent les hommes de Julen Lopetegui de Barcelone.

Mais parmi ces joueurs, un seul n’avait jusqu’à présent jamais concédé la défaite face au Barça, dans ce stade du Camp Nou. Casemiro a donc mis fin aujourd’hui à une série de quatre Clasico joués en Catalogne sans perdre, toutes compétitions confondues. Une statistique négative, à l’image de la tourmente dans laquelle sont plongés les Merengue ce soir.

France : OM-PSG: Grâce à l’entrée en jeu de Mbappé, le PSG s’impose (2-0) dans le Clasico

Le PSG a remporté le classique face à l’OM ce dimanche soir au Vélodrome (2-0), à l’issue de la 11e journée de Ligue 1. Suivez l’après-match en direct, avec toutes les réactions des acteurs de cette rencontre électrique.

Neymar, un repositionnement en question

Repositionné en n°10 depuis quelques semaines par Thomas Tuchel, Neymar rayonne offensivement. Mais l’équilibre défensif de l’équipe s’en ressent, surtout dans les grands matches.

C’est certainement LE grand changement apporté par Thomas Tuchel depuis son arrivée sur le banc parisien. Après avoir testé Neymar en n°10 contre Angers, le 25 août (3-1), ou à Nîmes, le 1er septembre (2-4), le technicien allemand a décidé de basculer définitivement son joyau brésilien dans l’axe à la mi-temps de Rennes-PSG, fin septembre. Ses hommes sortaient alors d’une première période apathique. Et le repositionnement de l’ancien Barcelonais derrière l’attaquant, Di Maria montant alors d’un cran pour prendre le couloir gauche, a totalement changé la donne. Le jeu parisien était d’un seul coup bien plus fluide, plus tranchant. Et Neymar, auteur notamment d’une passe décisive pour Meunier, n’a pas été étranger au succès final des siens (1-3).

Le natif de Mogi das Cruzes n’a, depuis, plus quitté ce nouveau poste qui lui sied plutôt bien. Il faut dire que ses prestations XXL, notamment contre l’Etoile Rouge Belgrade en C1 (6-1) ou face à Lyon (5-0), où il aurait pu signer un nombre incroyable de passes décisives si Mbappé avait été un peu plus réaliste avant son quadruplé, parlent pour lui. Moins prévisible que sur son côté gauche, où il n’avait de cesse de repiquer dans le cœur du jeu, l’ancien Barcelonais peut désormais se déplacer sur toute la largeur. Et sa faculté à se démarquer entre les lignes et à se montrer tout de suite disponible quand son équipe récupère le ballon donne à ses partenaires des solutions de passes toutes trouvées. Après, il s’occupe du reste. Que ce soit par un contrôle orienté, une feinte de corps ou un premier dribble dévastateur, il devient alors inarrêtable. C’est d’ailleurs à ce moment précis qu’il prend le plus de coups. Parce qu’une fois retourné, avec le jeu face à lui, sa vitesse, sa technique et sa vision du jeu le rendent bien souvent incontrôlable.

Italie : Naples a lâché du lest face à la Roma

Trop inefficace face à la Roma, le Napoli a tout de même arraché le nul grâce à Dries Mertens (1-1) mais laisse filer la Juventus en tête du championnat.

Las de vainqueur dans ce « Derby del Sole » ! Rome a mené pendant plus d’une heure mais Naples, dominateur tout au long de la rencontre, a finalement égalisé dans la dernière minute du temps réglementaire. Les Azzurri évitent le pire mais laissent filer deux points dans la course au titre…