LIGUE CONTRE LE TABAC : L’audit de la gestion de Dr Abdoul Aziz Kassé réclamé pour des fonds alloués entre 2011 et 2018

Le problème noté entre membres de la Ligue sénégalaise contre le Tabac (Listab) risque de faire perdre à notre pays les fonds venant des bailleurs et partenaires engagés dans la lutte contre la cigarette au Sénégal. L’alerte a été lancée hier par Djibril Wélé et Amadou Moustapha Gaye, tous deux «exclus» à l’issue d’une Assemblée générale qu’ils jugent «illégale».

0
40

Le problème noté entre membres de la Ligue sénégalaise contre le Tabac (Listab) risque de faire perdre à notre pays les fonds venant des bailleurs et partenaires engagés dans la lutte contre la cigarette au Sénégal. L’alerte a été lancée hier par Djibril Wélé et Amadou Moustapha Gaye contre , tous deux «exclus» à l’issue d’une Assemblée générale dirigée par Abdoul Aziz Kassé qu’ils jugent «illégale».

Face à la presse, ils ont réclamé l’audit par les partenaires et bailleurs de tous les fonds qu’ils ont alloués à la Listab sous la présidence de Dr Abdou Aziz Kassé de 2011 à 2018. Des fonds estimés à des centaines de millions de franc Cfa.

La bataille pour le contrôle de la Ligue sénégalaise contre le Tabac (Listab) a occasionné le blocage d’un financement estimé entre 10 et 15 millions de francs Cfa. La révélation a été faite hier par Djibril Wélé et Amadou Moustapha Gaye. Ces derniers ont par ailleurs demandé au ministre de la Santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, de se pencher sur les financements reçus par Listab, entre 2011 et 2018, des bailleurs et des partenaires d’une valeur de centaines de millions de francs Cfa.

D’après eux, sur cette période bien définie, le docteur Abdoul Aziz Kassé, ex-président de la Ligue, «a été le seul ordonnateur des dépenses». Un audit par les partenaires et bailleurs de tous les fonds qu’ils ont alloués à la Listab sous la présidence de Dr Kassé a été aussi réclamé. Dans le même sillage, ils ont exigé le contrôle de la gestion de l’association Prévenir de Dr Kassé «par laquelle tous les fonds ont transité».

Tous deux exclus de l’association à la suite d’une Assemblée générale extraordinaire, Wélé et Gaye soutiennent que leurs détracteurs n’ont aucune légitimité pour exclure qui que ce soit. Selon eux, cette décision actée au cours de l’Ag est un «coup d’épée dans l’eau». Ils accusent directement Dr Adja Mariétou Diop et Bara Diop. D’ailleurs, Amadou M. Gaye et Djibril Wélé considèrent : «Dr Diop, qui se présente comme présidente du conseil d’administration, et Bara Diop, qui se présente comme secrétaire exécutif» comme étant des «usurpateurs de fonctions».

Ils menacent d’engager des procédures administratives et judiciaires contre eux. Les «exclus» disent avoir déjà informé l’ensemble des partenaires que les instances issues de l’Ag ordinaire du 27 janvier dernier sont «illégales, illégitimes, invalides et caduques et ne sauraient en aucun cas ni représenter, ni poser des actes, encore moins engager la responsabilité, agir au nom de la Société civile qui lutte contre le tabac au Sénégal ou pour le compte de la Listab». Pour cause, selon eux, il y a eu, entre autres, «violation» du fait de la non-désignation des deux commissaires aux comptes qui devaient «obligatoirement» être présents pour certifier et valider le rapport financier de la trésorière, Dr Adja Marietou Diop, conformément à l’article 16 de leurs statuts.

Revenant sur le cas spécifique du Dr Abdoul Aziz Kassé, le duo dira que le cancérologue «s’acharne sur le Programme national contre le tabac» en affirmant que le Pnlt collabore avec les gérants d’hôtel où il est interdit de fumer. Après l’échec des premières médiations, MM. Gaye et Wélé appellent les uns et les autres à la table de concertation.

 

lequotidien.sn

PARTAGER