(PHOTOS) 11 Septembre : La prédiction de Nostradamus et 5 intox véhiculés

De nombreuses intox autour de l’attentat du World Trade Center, le 11 septembre 2001, ont rencontré un grand succès depuis leur apparition, au lendemain du drame…

  • De multiples rumeurs ont vu le jour après la disparition des tours jumelles du World Trade Center, le 11 septembre 2001.
  • D’une photo soi-disant prise au sommet juste avant l’impact du premier avion au récit des exploits d’une chienne guide d’aveugle, les intox ne manquent pas de variété.
  • 20 Minutes revient sur 5 intox particulièrement populaires à l’époque… et sur des inventions partagées récemment. 

17 ans après l’attentat du World Trade Center (WTC), qui a tué plus de 2.700 personnes, les théories complotistes et autres contenus mensongers prospèrent toujours autour du drame.

Photomontage, récit fictif, canular… 20 Minutes revient sur les intox les plus marquantes autour du 11 septembre 2001.

FAKE OFF

Peu après l’attentat, une photo commence à circuler massivement par email. Datée du 11 septembre, on y voit un homme à lunettes poser tranquillement au sommet du World Trade Center… sans se douter qu’un avion, bien visible en arrière-plan, est sur le point de percuter la tour.

La légende qui accompagne le cliché détaille quelques éléments de « contexte » : « Nous avons vu des milliers de photos concernant l’attaque. Mais celle-ci va vous perturber. Un touriste qui se fait photographier au sommet du WTC quelques secondes avant le drame… l’appareil photo a été retrouvé dans les décombres!! »

La photo, vite reprise par de nombreux médias, fait le tour du monde. De nombreux éléments prouvent pourtant qu’il s’agit d’un montage — outre les détails qui éveillent les soupçons, à commencer par les chances pour le moins infimes de récupérer l’appareil photo en bon état…

Le photomontage devenu viral après le 11 septembre 2001.
Le photomontage devenu viral après le 11 septembre 2001. – Capture d’écran

Un photomontage au sommet du WTC

Si l’on en croit la légende, l’homme se trouve forcément sur la tour sud (WTC 2) – la seule à comporter une plateforme d’observation en plein air. Or, la tour nord (WTC 1) a été frappée en premier : le touriste serait donc en train de poser tranquillement pour sa photo, imperturbable à la tour voisine brûlant à ses côtés.

Surtout, le modèle d’avion visible sur le cliché est un Boeing 757, alors que les deux appareils qui ont percuté les tours étaient des Boeing 767. Le Boeing intégré à la photo provient en réalité du site Airliners.net : on le retrouve dans sa position d’origine, sur une piste de l’aéroport de Dallas/Fort Worth (Texas), en juin 2000.

Une question agite toutefois le public pendant plusieurs mois : qui est l’homme visible sur le cliché ? L’enquête autour de cet individu désormais connu sous le surnom de « touriste de la mort » finira par remonter jusqu’à un Hongrois de 25 ans, Peter Guzli, identifié par ses amis dans un média local.

Peter Guzli a finalement admis être à l’origine du montage, en prouvant ses dires à l’aide des photos prises lors de son véritable passage au sommet du World Trade Center… en novembre 1998. Il profite de cet échange avec Wired pour expliquer que ce photomontage amateur n’aspirait nullement à une telle médiatisation : « Il s’agissait d’une blague pour mes amis, pas pour un public aussi étendu. »

Daisy, la chienne d’aveugle héroïque (mais fictive)

Au lendemain de l’attentat, nombre d’anecdotes et de témoignages ont fait l’éloge de comportements héroïques observés au coeur du drame. Un récit partagé par email – puis décliné, plus récemment, en vidéo — a notamment connu un grand succès : celui de la chienne guide d’aveugle Daisy.

L’anecdote a tout pour émouvoir : elle raconte comment cette golden retriever a multiplié les allers-retours dans les différents étages — malgré l’appel de son maître à quitter les lieux – pour guider des centaines de personnes piégées au sein de la tour nord. Jusqu’à en sauver, au total, 967, y compris le patron de son maître, « récupéré au 111e étage ». En récompense de son héroïsme, Daisy, brûlée aux quatre pattes, aurait reçu une médaille honorifique du maire de New York, Rudy Giuliani.

Le récit, aussi beau soit-il, reste fictif : le New York Times du 19 septembre 2001, crédité comme source, ne mentionne aucune chienne du nom de Daisy… Et pour cause : elle n’existe pas. L’exploit évoqué est d’autant plus inconcevable que la golden retriever serait montée jusqu’au 111ème étage… dans une tour qui n’en comptait que 110.

Cette histoire inventée s’est en revanche probablement inspirée d’actes accomplis par certains animaux pendant le drame, comme Roselle, une chienne d’aveugle qui a guidé son maître, Michael Hingson, hors de la tour nord. Le duo a ensuite multiplié les apparitions sur les plateaux télévisés, et Roselle s’est vue attribuer en 2002 la médaille PDSA Dickin « pour avoir courageusement guidé [son maître] sur plus de 70 étages jusqu’en sécurité. »

Le complot de la CIA confessé par un ancien agent

A l’été 2017, les complotistes n’auront pas manqué de relayer – notamment sur le site « Anguille sous roche » — une « information » de la plus haute importance : les confessions d’un ancien agent de la CIA, avouant être à l’origine de la destruction du bâtiment 7 du World Trade Center.

L’effondrement de ce building de plus de 40 étages, peu après 17 heures le 11 septembre, alors qu’il n’a pas été frappé par les avions, alimente en effet depuis des années les théories complotistes sur une prétendue destruction organisée… même si sa chute est en réalité due aux dégâts subis par les débris provenant des bâtiments 1 et 2 voisins, comme le rappelait dès 2008 l’observatoire Conspiracy Watch.

Les prétendues révélations de la CIA émanent du site YourNewsWire, spécialisé dans la publication d’intox : « Malcom Howard, un ancien agent de la CIA âgé de 79 ans, a multiplié les déclarations surprenantes depuis sa sortie d’un hôpital du New Jersey […] après avoir appris qu’il lui restait quelques semaines à vivre. M. Howard affirme qu’il était impliqué dans la « démolition contrôlée » de World Trade Center 7, le troisième bâtiment détruit le 11 septembre. »

L’article ne cite aucune source, outre le soi-disant témoignage de l’agent. Le récit, purement fictif, reprend en outre les mêmes grosses ficelles qu’un article quasi-identique publié un mois plus tôt par YourNewsWire sur les confessions d’un ancien agent du MI5 (les services de renseignement britanniques). Visiblement rongé par le remords, celui-ci aurait avoué, sur son lit de mort, avoir assassiné la princesse Diana…

Quand Nostradamus prédisait le 11-Septembre

Nostradamus, le célèbre médecin français du 16ème siècle, avait-il prédit l’attentat du 11 septembre 2001 ? Peu après le drame, nombre d’internautes reçoivent par mail un quatrain intrigant, prétendument daté de 1654 : « Un grand tonnerre frappera la cité de Dieu/Deux frères sont déchirés par le Chaos tandis que la forteresse survit, le grand leader mourra, La troisième grande guerre débutera alors que la grande ville brûle ».

Le parallèle est vite dressé avec l’attentat : New York incarne « la cité de Dieu », les « deux frères » représentent les tours jumelles, « la forteresse » fait référence au Pentagone — également frappé par un avion le 11 septembre 2001 —, tandis que les Etats-Unis se cachent derrière le titre de « grand leader » et que la « troisième grande guerre » annoncerait un troisième conflit mondial.

Un livre ancien traitant de Nostradamus.
Un livre ancien traitant de Nostradamus. – NAMUR-LALANCE/SIPA

La crédibilité de cette rumeur est mise à mal par une simple remise en contexte chronologique : Nostradamus est mort en 1566… soit 88 ans avant la prétendue rédaction du quatrain en question. En outre, le texte n’est autre que l’invention de Neil Marshall, un étudiant qui l’avait rédigé en 1996 dans le cadre d’un travail sur Nostradamus.

L’objet du quatrain était justement de montrer à quel point un texte rédigé dans le style caractéristique de l’auteur pouvait facilement être interprété comme une prophétie. Neil Marshall expliquait ainsi lui-même : « Que signifie « la cité de Dieu »? Il pourrait s’agir de la Mecque, […] de Rome […] ou de n’importe quelle ville sacrée selon votre religion. »

En 2015, Lucette Monje, agent du patrimoine à la maison de Nostradamus de Salon-de-Provence, confirmait en outre à L’Express : « Le quatrain qui a circulé sur Internet après la catastrophe n’existe pas dans les écrits de Nostradamus. Il s’agit d’un assemblage artificiel de vers empruntés à d’autres strophes. Du pur battage médiatique! »

Malgré tout, l’intox perdure. En 2017, la chaîne RMC Découverte affirmait ainsi, dans la bande-annonce d’un documentaire sur Nostradamus : « Les attentats du 11 septembre, le grand incendie de Londres, la Seconde Guerre Mondiale… Certaines prédictions de Nostradamus, astrologue français, ont bien vu le jour. »

Anna Mae Dickinson, survivante du Titanic et du 11 Septembre

Une femme qui aurait survécu au naufrage du Titanic en 1912, au torpillage du navire Lusitania, à l’explosion du dirigeable Hindenburg, au bombardement de Pearl Harbor et à la disparition de son appartement le 11 septembre 2001 doit-elle considérée comme veinarde ou comme maudite ?

Les internautes ayant relayé cette intox sur la dénommée Anna Mae Dickinson ont visiblement tranché, puisqu’ils la présentent comme la « femme la plus chanceuse du monde ».

Cette fiction est d’abord apparue sur le site InstaPunk en août 2006. Le but du canular est clair : se moquer des New-Yorkais opposés à la sortie du film World Trade Center, d’Oliver Stone, qu’ils jugent prématurée, cinq ans après le drame.

La tonalité de l’article est clairement satirique, à l’image de cette phrase : « Anna Mae ne s’est jamais mariée, bien qu’elle ait un chat nommé Charlie, le 15ème à porter ce nom depuis la disparition du Charlie originel sur le Titanic. »

Le « New York Intelligencer », un journal cité comme source dans le texte, est tout aussi fictif que cette Anna Mae Dickinson. En outre, la femme visible sur la photo d’illustration n’est autre qu’Anna Mary Robertson Moses, une peintre plus connue du public américain sous le surnom de « Grandma Moses »… qui est décédée en 1961, à l’âge de 101 ans.

Ce qui n’empêche pas l’intox d’être reprise par différents internautes, ni de faire office de

Lire aussi : 

Attentats 11 septembre 2001: Un ancien cameraman publie son extraordinaire vidéo