Présidentielle 2019 : Le « Clown politique » Serigne Mbacké Ndiaye donne déjà Macky Sall victorieux à 60%

Le leader du mouvement Convergence patriotique et libérale (Cpl), Serigne Mbacké Ndiaye, a déjà donné Macky vainqueur au premier tour avec un score de 60% à la présidentielle de 2019.

0
20

Macky Sall peut maintenant se tourner vers le prédicateur Serigne Mbacké Ndiaye pour réaliser son rêve d’avoir un second mandat dès le premier tour. En effet, l’ancien wadiste, théoricien du de la victoire de Karim Wade en 2024, fonde certainement son argumentaire sur le postulat développé avant de prononcer ces mots : « Il faut que ce pays continue à être construit par les fils de ce pays-là. Wade nous disait « faites tout pour garder le pouvoir pendant cinquante ans ». Il a fait douze ans. Il a un fils (Macky Sall) qui va faire douze ans, s’il plaît à Dieu. Comment faire pour garder le pouvoir, c’est de soutenir ce fils-là. Et à la fin de son second mandat en 2024, un autre libéral va venir. »

Il part du constat que la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar, que dirige le locataire du Palais de l’Avenue Roume, et le plus grand parti de l’opposition, vont travailler ensemble et assurer ainsi largement cette victoire. Ce postulat exclut, de facto, la candidature de Karim Wade dont les libéraux disent qu’elle est irréversible.

Si ce scénario n’est pas à exclure, il n’en est pas moins évident qu’il relève d’un rêve qui peut ne pas se matérialiser. Karim emprisonné et manifestement exilé à la faveur d’un protocole dont le Qatar est garant, ne sera pas prêt, sauf extraordinaire, à flirter avec Macky. Seul le dialogue dont on a soupçonné l’existence entre Wade-père et Macky pourrait aboutir à ce scénario-surprise. Malheureusement, il aurait pour effet contraire de détourner du Pds nombre de ses cadres et militants et affaiblirait une telle alliance.

En tout état de cause, Serigne Mbacké Ndiaye qui peut être dans les secrets des dieux, est peut-être en train de révéler un deal qui n’est pas à exclure entre Macky et le Pds. C’est en tout le cas le rêve du locataire du Palais qui aspire à un second mandat. Mais comme les divergences entre le Pds et lui semblent abyssales, il est peu probable qu’il y ait un accord dans ce sens. Et même si par extraordinaire cela s’avérait, cela ne voudrait nullement dire, pour autant, qu’il y aura une addition mathématique des voix de Benno et du Pds.

Au demeurant, Serigne Mbacké Ndiaye récidive. Il était, en 2012, l’un des théoriciens de la victoire de Me Wade. Pis, il avait déjà annoncé des chiffres et contesté même ceux avancés par la presse. Il a fallu par je ne sais quel acquis de conscience du Pape du Sopi pour reconnaitre en fait les vrais résultats des urnes en organisant une conférence de presse pour dire qu’il ira au second tour.

C’est pour dire que nous attendons de Macky Sall la même hauteur de vue que Wade. Il ne doit pas se laisser berner et induire en erreur par des individus dangereux de la trempe de Serigne Mbacké Ndiaye. Il n’est pas officiellement de l’Alliance pour la République (Apr), mais il est plus royaliste que le roi. Car, aucun membre de ce parti n’avance d’une façon aussi ostentatoire des chiffres. Ils parlent seulement de victoire tout en sachant raison garder. Et c’est tout à leur honneur.

Or, le fait d’avancer un chiffre pareil dessert gravement Macky Sall. Car, si par extraordinaire, cela s’avérait, il sera facile de dire que Serigne Mbacké Ndiaye l’avait prédit et d’en conclure que c’était prémédité.

Et comme les Etats africains ne connaissent en général des troubles que lors d’élections mal gérées et contestées, il est important que tous les acteurs politiques jouent le jeu pour éviter que le Sénégal ne verse dans des troubles.

Si en 2012 Wade avait voulu s’imposer au pouvoir, il avait ses sbires qui avaient déjà investi les médias et préparé le terrain. Et malheureusement, l’un des plus hargneux nous sort déjà des chiffres à 10 mois des élections. C’est dire l’empressement avec lequel, cette fois-ci, on compte en découdre par la manipulation est inquiétant.

Car, au vu des résultats du référendum, Macky Sall et sa coalition sont loin de peser 60%.