Rocambolesque histoire d’arnaque dans un célèbre groupe Facebook du Sénégal : une « femme chic » soutire des millions de francs aux membres

Incroyable mais vraie ! Une rocambolesque histoire d’arnaque a été révélée par l’administratrice du célèbre groupe Facebook « Femme Chic ». En effet, depuis trois ans, une « femme chic » proche de l’administratrice du groupe utilisait un compte parallèle sous le pseudonyme de « Sokhna Diarra Niang » pour soutirer de l’argent aux membres. En effet, elle se faisait passer pour une orpheline malade du Sida. Elle a ainsi pu gagner la sympathie et la sensibilité de tous les membres du groupe. 

Racontant l’histoire, l’administratrice du groupe, Mamico, a fait une vidéo où elle a raconté le pot aux roses. En effet, « Sokhna Diarra Niang » insistait auprès d’une bienfaitrice qui l’avait promis de l’argent, jusqu’à l’agacer. Cette dernière soupçonnant une arnaque contacte Mamico qui a ainsi fait ses propres investigations.

Mamico, Administratrice du Groupe « FEMME CHIC »

Ce qui est plus extraordinaire dans cette histoire digne d’un film hollywoodien, c’est une femme très proche d’elle qui jouait ce double rôle afin d’arriver à ses fins. Une membre, dit elle, qui était très active dans le groupe sous son vrai pseudonyme que l’administratrice garde de dévoiler.  A ce jour, elle a soutiré des millions de Francs à des « femmes chic » qui étaient très touchées par son état de santé et du fait qu’elle avait perdu tous ses parents.

Lire aussi : Le groupe Facebook « Femme Chic » a marqué le mois des femmes

Aujourd’hui, elle croupit au commissariat de Yeumbeul pour faux et usages de faut,  escroquerie et extorsion de fonds.

Cette histoire rappelle le danger que représente les réseaux sociaux comme Facebook où des personnes mal intentionnées s’activent tous les jours pour trouver le moyen d’arnaquer les gens. Et dans le contexte de groupes fermés à but humanitaire comme  » Femme Chic », ils y trouvent  le Graal.


L’administratrice du groupe a décidée finalement de publier le vrai profil de « Sokhna diarra Niang » après la publication de notre article (nous avons caché le visage par respect pour ses proches)

Samarews Infos / La Redaction