Affaire SONKO : Des religieux s’immiscent dans le dossier pour une solution à l’amiable

Au Sénégal, des religieux musulmans et chretiens ont entamé une médiation entre Ousmane SONKO et Adji SARR pour tenter d’apaiser les ardeurs et essayer de trouver une solution à l’amiable. 

Le Président de l’ONG JAMRA, Mame Makhtar GUEYE, en compagnie de l’Abbé Jacques SECK, de l’imam Youssouf SARR et d’Oustaz Cheikh DIOP ont entrepris des discussions avec les protagonistes dans l’affaire de viol entre Ousmane Sonko et Adji Sarr.

Pour ces médiateurs qui prévoient de décliner leur feuille de route ce vendredi 26 février, il ne s’agit nullement de soutenir une partie au détriment de l’autre mais œuvrer pour tenter de « sauvegarder la stabilité sociale et la paix civile ».

 Le sort de Sonko entre les mains de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale

Accusé de viol, Ousmane Sonko ne sera finalement pas auditionné par l’Assemblée. Le député ne s’est pas présenté devant la commission chargée d’examiner la levée de son immunité.

Aurait-il pu dire quoi que ce soit pour enrayer la machine parlementaire ? Accusé de viol par l’employée d’un salon de massage dakarois, Ousmane Sonko a décidé de ne pas témoigner face à ses collègues députés mandatés pour examiner la procédure de levée de son immunité. La personne qu’il avait désignée pour le représenter, la libérale Aïda Mbodj, n’aura pas non plus été entendue.

Selon plusieurs députés membres de la commission créée à cet effet, Ousmane Sonko « n’a pas voulu répondre » à leurs questions. « Ils ont constaté son absence et vont délibérer, faire leur rapport et le présenter à la plénière », détaille un élu de la majorité. Les parlementaires auront donc pour seule base de travail le dossier qui leur a été transmis par la justice, constitué des procès-verbaux d’auditions des gendarmes et de la lettre envoyée par le juge d’instruction pour saisir l’Assemblée nationale.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom