AGEN : Voici Olivier Daurelle, le Gilet jaune au grand cœur tué par un poids lourd

Olivier Daurelle, 60 ans, porte-parole des Gilets jaunes de Villeneuve-sur-Lot, a été tué ce jeudi matin vers 10 heures à Agen, renversé par un camion. Alors que le rond-point du Campanile sur lequel il luttait depuis le 17 novembre doit être évacué ce vendredi, il était venu prêter main-forte aux Gilets jaunes d’Agen. Nous l’avions rencontré la veille de son décès.

Nous l’avions rencontré mercredi midi, la veille de son décès sur « son » rond-point du Campanile, à Villeneuve-sur-Lot. Olivier Durelle, tout juste 60 ans, motard, ancien chauffeur poids lourd en invalidité, était de ces personnages ronds et posés que tout le monde écoute. Sa voix de basse et son phrasé limpide y étaient pour beaucoup. Mercredi, le porte-parole des Gilets Jaunes locaux louait le dialogue avec la police de Villeneuve et mettait en avant le caractère pacifique des Gilets jaunes villeneuvois, tout en nuançant d’un « pour le moment », lâché dans un sourire entendu.

« Revenir plus fort début janvier »

Bavard, comme le décrivait Carole Dieux, l’autre porte-parole du rond-point, il avait le tutoiement naturel et disait être « en jaune » pour ses « petits-enfants » qu’il se réjouissait de retrouver à Noël : « Ça va faire du bien de couper 15 jours pour les fêtes. On va revenir plus fort début janvier. Je ne me bats pas pour moi mais pour eux. »

Il ajoutait : « Quitter le rond-point comme on nous le demande, cela ne veut pas dire qu’on s’arrête et que le mouvement s’essouffle. Au contraire. Hier (N.D.L.R. mardi), on a vu pour la première fois des gens qu’on avait jamais vus, venir demander comment ils pouvaient s’impliquer. Rester ici, c’était une manière de conserver notre quartier général : tout le monde pouvait passer, se renseigner sur les actions à venir. La preuve que ça a fonctionné. »

« Priorité à la sécurité »

En dépit de l’évacuation du rond-point annoncée depuis mercredi et de la perte de ce QG, Olivier Daurelle donnait déjà rendez-vous chaque matin à 9 heures sur le parking de Conforama : « Parce que c’est un endroit sécurisé, où les gens peuvent se garer sans danger. La sécurité pour nous, c’est la priorité. On ne sera plus au rond-point, mais on sera ailleurs. »

Mercredi, après une matinée de réunion et de palabres entre Gilets jaunes pour préparer le rendez-vous avec le député Damasin, Olivier se disait « vidé ». Installé autour du feu central, sur une chaise longue, il expliquait ne pas rester la nuit, en raison d’une nécessaire assistance respiratoire nocturne : « D’ailleurs, je ne devrais pas être face à la fumée, mais de l’autre côté », se marrait-il.

« Rendez-vous pour un baroud d’honneur » 

La matinée harassante, ajoutée au mois de présence sur le giratoire, ne l’avait pas empêché de prendre un sandwich avec ses camarades de rond-point avant de repartir l’après-midi pour une autre réunion avec police nationale et la mairie de Pujols afin d’organiser l’évacuation du rond-point du Campanile.

Il invitait à revenir ce vendredi pour le grand feu du départ du rond-point : « Un baroud d’honneur pour l’anniversaire à Macron. Y’en a un qui a manqué de lui faire sa fête, on va pas louper son anniversaire. N’oublie pas l’appareil photo ! » Le rendez-vous est finalement fixé à 13h30. Au-dessus des flammes et du rond-point vendredi matin, planera un sourire de biker en gilet jaune et à bonnet rouge.

Marche blanche ce jeudi

Ils étaient un peu plus d’une centaine de gilets jaunes à marcher, ce jeudi vers 14 heures, entre le rond-point du Campanile et la mairie de Villeneuve. Une marche silencieuse entre deux banderoles en hommage à Olivier Daurelle, décédé le matin même à Agen et ponctuer par une « Marseillaise ». Une délégation a ensuite été reçue en sous-préfecture.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom