Aggravation du déficit budgétaire : L’année commence mal pour le Sénégal

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement du Sénégal. Le taux de croissance qui était attendu à 6.9% en 2019, n’atteindra pas cette cible. En effet, d’après les prévisions du comité national de politique économique du ministère de l’Economie, la dynamique économique se consoliderait dans un contexte de repli des cours du pétrole brut.

Cependant, «globalement, le taux de croissance de l’activité économique est attendue à 6,0%, contre 6,7% en 2018, soit un ralentissement de 0,7 point de pourcentage», précise-t-elle dans le programme pluriannuel pour le pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité 2020-2024,

Les causes de la baisse

Cette baisse de la croissance est, selon elle, imputable, en partie, aux secteurs secondaire et tertiaire qui devraient afficher des hausses respectives de 6,0% et 5,1% contre respectivement 6,9% et 6,3% en 2018. «S’agissant des prix, le renchérissement des cours des principales matières premières devrait impacter l’inflation. Ainsi, le déflateur du PIB est projeté en hausse de 1,1% contre une estimation de 0,6% au titre de 2018», lit-on dans le document.

Le déficit s’aggrave

Au titre des finances publiques, le déficit budgétaire, en pourcentage du Pib, s’est dégradé, passant progressivement de 3,0% du PIB en 2017 à 3,7% en 2018, après s’être établi à 3,3% en 2016. «Cette aggravation du solde budgétaire est imputable, notamment, à la régularisation des engagements de l’Etat vis-à-vis des organisations syndicales dans un contexte d’une évolution modérée des recettes fiscales », renseigne le comité de politique économique.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom