ALERTE ! La décoloration permanente des cheveux conduirait aux cancers du sein et de l’ovaire

Selon une nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal, les femmes faisant des colorations capillaires permanentes auraient un risque accru de développer certains cancers, comme celui du sein et de l’ovaire.

Les teintures capillaires sont-elles vraiment sans danger pour notre santé ? Alors que chaque année, près de 315 millions de colorations pour cheveux sont vendues en France, une nouvelle étude pointe leur dangerosité. Publiée dans le British Medical Journal (BMJ), elle associe les colorations permanentes à un risque accru de développer certains cancers : le carcinome basocellulaire, qui est la forme la plus courante de cancer de la peau, le cancer de l’ovaire et le cancer du sein.

Les produits très concentrés en cause

Pour mieux comprendre le lien entre le risque de cancer et l’utilisation de colorations capillaires permanentes, les chercheurs ont passé en revue les données de 117 200 femmes de l’étude sur la santé des infirmières du Brigham and Women’s Hospital de Boston (États-Unis). Il s’agit d’une vaste étude de cohorte prospective, qui comprend notamment des évaluations de l’exposition aux colorations capillaires.

Au début de l’étude, aucune des femmes n’avait de cancer. Elles ont été suivies pendant 36 ans. L’analyse des données a montré que l’utilisation de teintures permanentes pour cheveux est associée à un risque légèrement plus élevé de carcinome basocellulaire, en particulier chez les femmes ayant des cheveux naturellement clairs.

Cancer du sein, cancer de l’ovaire, lymphome de hodgkin ou carcinome basocellulaire

L’analyse de leurs données médicales a montré que l’utilisation de colorations permanentes pour cheveux augmentait (au moins légèrement) le risque de développer un carcinome basocellulaire chez les femmes aux cheveux clairs, un lymphome de Hodgkin chez les femmes aux cheveux foncés, un cancer du sein ou encore un cancer de l’ovaire. Et si on misait plutôt sur des colorations naturelles – comme le henné ?

Ce n’est pas la première fois que les produits capillaires sont montrés du doigt pour un risque accru de cancer. Ainsi, en décembre 2019, une étude américaine a montré que les femmes aux cheveux frisés et crépus qui utilisent régulièrement des substances lissantes et défrisantes présentent un risque plus élevé d’environ 30 % d’avoir un cancer du sein…


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom