APR Pikine : Bataille rangée entre pro et Anti-Awa Niang

Il y a eu du grabuge suivi de pugilat et de jets de chaises et de pierres, hier, à l’occasion du rassemblement des femmes apéristes du département de Pikine. Des pro et anti Awa Niang, responsable départementale des femmes de l’Apr, ont en effet offert un spectacle digne d’une bagarre autour d’une borne-fontaine, sous les yeux impuissants de leur coordonnateur départemental, Abdoulaye Thimbo, devant le siège de leur parti. il y a eu des blessées, dont une grièvement atteinte à l’arcade sourcilière et appartenant au camp des détractrices du deuxième questeur à l’Assemblée nationale, dont la tête est réclamée.  

Le sang a coulé hier au siège départemental de l’Apr de Pikine. Cette situation résulte d’une bataille rangée entre les femmes apéristes, qui s’étripaient à coups de projectiles autour du mode de gestion de l’Apr par leur coordonnatrice départementale, Awa Niang. Elles étaient divisées en deux camps rivaux, en l’occurrence des pro et anti Awa Niang, et arboraient des foulards rouges et des foulards blancs.
Comme pour parer à toute éventualité, un détachement du Groupement mobile d’intervention (Gmi) a été envoyé pour sécuriser les lieux du rassemblement initié par Awa Niang. Au début, tout semblait marcher comme sur des roulettes. Les militantes convergeaient par vagues sur les lieux. Une délégation du maire de ville de Pikine, Abdoulaye Thimbo, débarque à bord de rutilantes bagnoles, échange des accolades et poignées de main avec les militantes du parti.

Des femmes supposées pro-Fatou Sow font irruption, agitent des brassards rouges et insultent Awa Niang

Soudain, un groupe de femmes supposées pro-Fatou Sow (trésorière départementale) fait irruption, exhibe des foulards rouges et pousse des slogans hostiles. Elles crachent des insanités contre Awa Niang et l’accusent d’être à l’origine des dissensions au sein du parti. Les partisanes de celle-ci montent au front, brandissent des foulards blancs et répliquent aux propos orduriers de leurs camarades. Les deux camps se font face et échangent des invectives. Les policiers redoutent la bataille rangée et s’interposent. Ils engagent une discussion avec les porteuses de foulards rouges et tentent de les convaincre de quitter les lieux. Ces dernières disent niet et affirment être venues au siège de leur parti pour manifester pacifiquement leur indignation contre Awa Niang. Les flics se dressent en tampon et s’emploient à calmer les nerfs.

Des partisanes du 2èmequesteur exhibent des brassards blancs et répliquent, la police débordée

La tension devient cependant très vive. L’adrénaline monte d’un cran. L’affrontement devient alors inévitable. Les forces de l’ordre tentent vaille que vaille de tuer dans l’œuf les hostilités. Sans succès. Des éléments du commissariat de Thiaroye, de Guinaw-rail et de Pikine arrivent en renfort. Des jets de projectiles fusent. Les deux camps se livrent à une intifada. Ils se balancent des pierres et de chaises. La panique s’installe. C’est le sauve-qui-peut. Face aux jets de projectiles, leurs camarades de parti craignent pour leur vie et tentent de sauver leur peau. Les policiers manœuvrent ferme et essaient de ramener l’ordre. Mais, les deux camps continuent leur intifada et se crachent des injures à la figure.

Un élément d’Awa Niang fracasse la tête d’une frondeuse avec une chaise, la victime crie à la vengeance  

Une partisane d’Awa Niang profite du tohu-bohu indescriptible, s’empare d’une chaise et la balance à la tête d’une des détractrices de son leader. Celle-ci hurle de toutes ses forces. La violence de l’attaque lui fracasse le crâne. La victime repère son agresseur et fonce sur celle-ci pour se venger. Cette dernière use de ruses, se faufile dans la foule paniquée et se retrouve de l’autre côté.  D’autres femmes blessées sont alors signalées. Mais, la plus atteinte à la tête, telle une tigresse, s’agite, profère des menaces et jure de se venger. Des filets de sang perlent sur son visage et ses habits.

Awa Niang pointée du doigt

Une des porteuses de foulards rouges, Soda Ndiaye, responsable à Guinaw-rail nord, tire sur Awa Niang et lâche : «Awa Niang est à l’origine de tous nos problèmes dans le département de Pikine. Elle fait du favoritisme et vole nos subventions venant de la Première dame Marième Faye Sall. Elle récupère, en notre nom, des billets pour le pèlerinage à La Mecque et s’en approprie. On en a marre. On réclame sa tête et demande au Président Macky de sévir contre elle. Nous allons continuer à la combattre», tonne la porteuse de foulard rouge.

Awa Niang minimise la fronde ouverte contre sa personne et parle de tentative de sabotage

De son côté, Awa Niang minimise la fronde et explique la descente musclée de ses camarades de parti par une tentative de sabotage de son rassemblement. Toutefois, elle envisage de faire face à ses détractrices. Thimbo et sa suite ont quitté les lieux sous les huées pour aller tenir une réunion de crise.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom