Arabie Saoudite : Après Alcaly Cissé mort en prison, Mbayang Diop mourante !

Les prisons saoudiennes sont elles des mouroirs pour condamnés étrangers ? En effet, détenu depuis 2012, le Sénégalais Alcaly Cissé condamné par la justice saoudienne à une peine de 6 ans d’emprisonnement ferme, est mort en prison avant de purger sa peine. Notre consœur Mbayang Diop condamnée à la peine de mort, depuis le mois d’avril 2017, par la justice saoudienne qui l’accuse d’avoir tué son employeur, est gravement malade et sans aucune assistance médicale, désespérée dans sa souffrance selon “Horizon Sans Frontières (Hsf)”.

Mardi 25 septembre 2012, vers 11 heures, le marabout, homme d’affaires et politicien sénégalais, Alcaly Cissé est arrêté à l’aéroport Mohamed V, par la police marocaine, exécutant un mandat d’arrêt international, lancé via Interpol, par l’Arabie Saoudite. Jeudi 8 mai 2014, quasiment deux ans après, l’Arabie Saoudite obtient du royaume chérifien l’extradition du député libéral Alcaly Cissé, sur son sol.

Une bataille juridique et diplomatique remportée par la justice saoudienne qui va juger le sénégalais pour escroquerie portant sur 5 512 000 dollars, soit plus de 2,5 milliards de francs CFA.

En 2018, la justice saoudienne condamne l’ancien député libéral à une peine de 6 ans d’emprisonnement ferme et une amende de 1,5 milliard de francs Cfa. Il meurt le 28 septembre 2019 dès suite de sa maladie. 

Originaire de Thiaroye, MBayang Diop, femme de ménage de son état en Arabie Saoudite, est reconnue coupable du meurtre de sa patronne. Elle croupit en prison depuis 2016.

En 2017, après une intense négociation diplomatique, elle avait finalement bénéficié d’une condamnation à la prison à vie. Mais aussi condamnée à mort sous réserve de la décision des enfants de sa victime. Ces derniers n’ayant pas encore atteint l’âge de la maturité devront donner leur avis une fois cet âge atteint.

D’après les informations reçues par Horizon Sans Frontières, Mbayang Diop serait gravement malade et sans aucune assistance médicale. Désespérée dans sa souffrance, elle préférerait mourir plutôt que de continuer à vivre dans ces conditions de détention.

Le cri du cœur des Organisation de défense des migrants qui interpellent les autorités 

“Le Sénégal doit-il rester inerte devant la situation de sa fille qui vit un calvaire infernal ?”, s’interroge Horizon Sans Frontières. Dans un communiqué, l’organisation de défense des migrants lance un cri de cœur et suggère à l’État du Sénégal, dans un sursaut diplomatique, que “cette peine de mort soit communiée à une peine de prison à perpétuité, pour que Mbayang puisse venir finir ses jours au Sénégal”.

Mieux, Boubacar Sèye propose que “l’État, par le biais des relations séculaires qui nous unissent à l’Arabie Saoudite, fasse une demande de grâce, à titre humanitaire, pour la faire sortir de ce bourbier”. Mais, Horizon Sans Frontières, très préoccupée par la situation de Mbayang Diop, parle “d’urgence absolue” et exige de l’État du Sénégal des preuves attestant que la jeune dame est encore en vie et en bonne santé.

Les autorités sénégalaises pas convaincantes …

Lors du vote du Ministre des Affaires étrangères le 07 décembre passé, , Amadou Bâ, avait été interpellé sur les des nouvelles de Mbayang Diop. 

Face aux députés, hier, il a fait savoir que le sort de notre compatriote dépend de la décision des enfants de la victime. Selon le ministre, ces derniers, qui sont encore mineurs, pourraient accorder le pardon à Mbayang Diop à la majorité.

« Étant donné qu’ils sont encore mineurs, notre compatriote devra attendre 5 ou 6 ans pour être édifiée sur son sort », dira Amadou Bâ qui répondait aux interpellations de certains députés sur le pathétique cas de Mbayang Diop.

Pourtant, en février 2019 dernier, une jeune femme d’origine Philippine a été exécutée  en Arabie Saoudite. Son cas est similaire à celui de Mbayang Diop avec qui elle partageait la maison d’arrêt. La dame avait assassinée sa patronne saoudienne, comme notre compatriote. Et malgré la pression et l’intervention diplomatique des autorités Philippines, l’Arabie Saoudite a refusé de céder à la décapitation de la condamnée.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom