Audition de la 2e masseuse de Sweet Beauty” : “Adji Sarr m’a proposé 100 mille cfa pour … “

L’opposant et leader du parti Pastef – Les Patriotes, Ousmane Sonko, faisait partie des rares clients venus à l’Institut ’’sweet beauté spa », le 2 février dernier, date à laquelle une des masseuses, Adji Sarr, 21 ans, l’accuse de viol et de menace de mort. Il est le deuxième client qu’elle a eu à prendre en charge, d’après les déclarations de la deuxième masseuse, Aïssata BA, devant les enquêteurs de la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane.

« Le premier client, je ne le connais pas », a confié la collègue d’Adji Sarr, l’accusatrice du député, ajoutant qu’elles (elle et Adji Sarr) ont appliqué un massage intégral à quatre mains à Sonko. Mais a-t-elle ajouté : « à la fin du massage, Adji (Sarr) m’a demandé de sortir et ils sont restés ensemble. Je les ai entendus parler à l’intérieur pendant plusieurs minutes. »

Entendue à nouveau le lendemain 5 février dernier, elle est toutefois revenue sur certains faits, indiquant qu’Adji Sarr lui a proposé la somme de 100 mille F CFA pour qu’elle parte.

« Le jeudi 4 février, vous m’avez demandé d’attendre 15 heures 30 minutes pour être confrontée à Adji Sarr. Lorsque vous êtes sortis, le garçon de teint noir avec une forte corpulence qui accompagnait Adji dont j’ignore le nom m’a appelé ’’maman’’, mon surnom, et je lui ai alors demandé ’’où est-ce que tu m’as connu ?’’. Il a répondu m’avoir connu lorsqu’il parlait à Adji Sarr par appel vidéo et qu’elle lui aurait montré mon visage. En ce moment, j’étais avec ma patronne. Lorsque nous sommes restés seuls, il m’a dit que je ne devais pas sortir le jour des faits, et c’est à cause de ça que nous en sommes là. Je lui ai répondu que j’ignorais de quoi il parlait. Lors de notre confrontation avec Adji dans votre bureau, j’ai dit à cette dernière pour quelle raison faites-vous ça en langue sérère. Elle m’a dit qu’elle m’expliquerait si on sort. Elle m’a proposé de me remettre 100 mille F CFA pour que je parte, chose que j’ai refusée catégoriquement. Ainsi après l’audition, je suis partie directement à l’Institut. C’est tout ce que j’ai à déclarer ».

Confrontée à Aïssata BA, Adji Sarr a souligné que c’est Ousmane Sonko « qui lui a fait signe de la main » pour que sa collègue les laisse seuls ».

Source : Emedia


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom