Blocage du Canal de Suez : Qui va payer la facture salée de prés de 10 milliards dollars de perte journalière ?

Le blocage du canal de Suez par le porte-conteneurs « Ever Given » qui a pris fin lundi est bien parti pour donner du fil à retordre aux assureurs, courtiers et avocats pour des années. Les experts s’attendent à ce qu’une multitude d’entreprises victimes de l’accident cherchent à obtenir réparation, sachant que bien des dommages et pertes financières engendrés par cet accident pourraient ne pas être couverts directement par une assurance.

Le blocage du canal de Suez représente une perte estimée entre 6 et 10 milliards de dollars par jour pour le commerce mondial. Les assureurs s’attendent à recevoir de nombreuses réclamations.

Obstruant le Canal de Suez depuis près d’une semaine, le porte-conteneurs Ever Given a enfin commencé à bouger ce lundi. L’arrière du navire de 400 mètres de long et de 200.000 tonnes s’est en effet éloigné de la rive ouest du canal, selon les sites de visualisation du trafic maritime. Si cette bonne nouvelle augure une sortie de crise, reste désormais à établir les responsabilités de chacun.

D’autant que les pertes financières sont colossales alors que l’entrave du canal va entraîner des retards de livraison, voire des ruptures dans la chaîne d’approvisionnement de certains produits. Selon les estimations, ce blocage cause entre 6 et 10 milliards de dollars de pertes chaque jour pour le commerce mondial.

3,1 milliards de dollars disponibles

Au regard de la situation, les professionnels de l’assurance s’attendent à recevoir d’innombrables réclamations d’indemnités. Il y a d’abord les entreprises dont les marchandises étaient stockées dans l’un des 18.300 conteneurs transportés par l’Ever Given. Mais aussi celles dont les cargaisons sont sur l’un des 400 navires eux-mêmes bloqués à cause de l’incident, voire sur ceux qui ont été déviés et ont vu leur trajet rallonger, notamment en contournant l’Afrique ce qui rallonge le trajet.

Toutes ces entreprises vont se tourner vers leurs assureurs qui porteront réclamation contre le propriétaire de l’Ever Given, le japonais Shoei Kisen Kaisha. Lequel se tournera à son tour vers sa propre assurance, en l’occurrence le P&I Club, l’association internationale à laquelle la plupart des armateurs cotisent.

Son directeur général a d’ailleurs déclaré que 3,1 milliards de dollars étaient disponibles pour couvrir tous ces préjudices. Mais ce jeu de transfert de responsabilité particulièrement complexe pourraient prendre des années, et impliquer d’autres acteurs comme l’armateur taiwanais EverGreen ou même l’équipage allemand du navire.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom