BREXIT : Débouté pour la troisième fois, Theresa May a jusqu’au 12 Avril pour un plan B

Le gouvernement britannique a désormais jusqu’au 12 avril pour proposer un plan B aux dirigeants de l’Union européenne. Sinon, le Royaume-Uni quittera ses partenaires européens sans accord (« no deal »), et sans transition, un scénario cauchemar pour les milieux économiques. 

« Le fait que nous ne partions pas aujourd’hui représente un profond regret », a dit Theresa May lors des débats. Ce vote est « la dernière chance de garantir le Brexit » et une sortie ordonnée, avait-elle expliqué. Adopter le texte permettrait « d’éviter une sortie brutale dans deux semaines, d’éviter les élections européennes, d’éviter un long report, qui retarderait ou annulerait le Brexit », affirmait-elle.

May avait pourtant promis de démissionner

Il s’agit d’une nouvelle défaite pour la Première ministre. Theresa May avait pourtant réussi à convaincre une partie des rebelles de sa majorité conservatrice à changer d’avis en promettant mercredi de céder sa place en cas de résultat favorable. Ce geste a notamment convaincu son ancien ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson. Ce dernier a annoncé son intention de soutenir le texte, de crainte qu’un nouveau rejet aboutisse finalement à l’annulation du Brexit, tout comme Jacob Rees-Mogg, l’influent chef de file du European Research Group, qui compte 60 à 85 députés. Son allié au parlement, le petit parti nord-irlandais DUP, sans lequel elle n’a pas de majorité absolue, en est resté à sa position de rejet.

Les députés avaient pourtant rejeté massivement ce texte à deux reprises en janvier et en mars, conclu en novembre à l’issue de 17 mois de négociations fastidieuses.


A voir également – Brexit : les Britanniques ont « honte » de leurs dirigeants


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom