Carlos Ghosn avait raison ! La fuite d’échanges e-mail démontre un “coup monté” au sein de Nissan pour l’éliminer

COUP DE TONNERRE ! Des preuves irréfutables de manigance au sein de Nissan démontrent que l’ancien PDG a été victime de coup monté ! En effet des échanges E-mail ont fuité et donnent raison à Carlos GHOSN !

Carlos Ghosn n’a cessé de clamer qu’il était victime d’un coup monté. Selon des emails qu’a pu se procurer Bloomberg, cette thèse pourrait bien être confirmée. Des échanges, datant de février 2018, prouveraient que des dirigeants de Nissan auraient manigancé afin d’évincer l’ancien PDG de l’alliance Renault-Nissan. “Carlos Ghosn a toujours dit qu’il a été victime d’un coup monté. Maintenant, il y a des éléments qui soutiennent sa thèse”, affirme le journaliste Reed Stevenson. Des éléments confirmés par plusieurs sources proches du dossier souhaitant rester anonymes. “Les documents et témoignages de personnes proches du dossier montrent qu’un puissant groupe interne (à Nissan, NDLR) estimait que la détention et les poursuites contre Carlos Ghosn étaient une opportunité pour réorganiser la relation entre Nissan et Renault, en des termes plus favorable à Nissan”, explique Reed Stevenson.

Des témoignages qui dépeignent “une campagne méthodique pour évincer un puissant dirigeant”. Parmi les protagonistes de l’affaire inclus dans les échanges que s’est procurés Bloomberg : “Hari Nada, qui dirigeait le bureau du directeur général de Nissan et qui a ultérieurement passé un accord avec les procureurs japonais pour témoigner contre Carlos Ghosn”, souligne Reed Stevenson. “Nissan doit agir pour neutraliser ses (Carlos Ghosn) initiatives, avant qu’il ne soit trop tard”, aurait-il écrit dans un mail datant de mi-2018 adressé à Hitoshi Kawaguchi, responsable des relations gouvernementales au sein de Nissan.

Dans une autre correspondance, datant de quelques jours avant l’arrestation de Carlos Ghosn, Hari Nada aurait invité Hiroto Saikawa à “pousser vers des accusations plus sévères en matière d’abus de confiance” à l’encontre du magnat de l’automobile. “Ces efforts doivent être soutenus par une campagne médiatique afin de s’assurer de la destruction de la réputation de CG (initiales de Carlos Ghosn)”, aurait-il ajouté. Pour rappel, l’ancien PDG du numéro un mondial de l’automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a été arrêté à sa descente de l’avion à Tokyo, le 19 novembre 2018. Il est soupçonné de malversations financières.

Dans un communiqué publié par le Financial Times, Nissan a démenti ces informations et a remis en cause la véracité de ces emails les qualifiant de “faux documents”. “Nous avons été informés de ces nombreux documents diffusés à plusieurs reprises dans les médias. Nous soupçonnons qu’ils aient été falsifiés pour suggérer qu’ils ont été envoyés par des personnes de chez Nissan.

En mai, Nissan a déclaré une perte de 671 milliards de yens (6,3 milliards de dollars) pour l’exercice qui s’est terminé en mars, la première perte en une décennie et la plus importante en 20 ans. Avec la pandémie de coronavirus pesant sur une entreprise déjà pulvérisée, le stock a effacé plus de la moitié de sa valeur depuis l’arrestation de Ghosn, qui a également dirigé Renault et l’alliance qui comprend Mitsubishi Motors Corp.


FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom