Casamance : Voici le profil de Edmond Borra, nouveau chef du MFDC

Au sud du Sénégal, le Mouvement rebelle dénommé Mouvement  des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) ne s’avère pas vaincu pour autant après que des querelles internes aient miné le mouvement et conduit à la mort de leur chef Abdou Elinkine Diatta. Un contexte difficile qui intervenait $après que leur allié Yaya Djammeh ait été chassé du pouvoir.  En effet, depuis hier, le mouvement a désigné un  nouveau chef en la personne de Edmond Borra, un nom pas connu des médias et de la presse. 

Un fidèle et proche de Diamacoune Senghor

Pour ceux qui ont connu l’abbé Diamacoune Senghor, figure historique du Mouvement des Force Démocratique de la Casamance, ont toujours remarqué cette personne qui était à ses côtés et qui faisait figure d’adjoint au chef rebelle tout en jouant le rôle de secrétariat au premier rang. Il s’agit d’Edmond Borra très tôt acquis à la cause du mouvement favorable à l’indépendance de la Casamance depuis 1961. C’est d’ailleurs Borra qui a été le parrain de Abdou Elinkine Diatta.

Et c’est lui qui sera plus tard intermédiaire de Diamacoune Senghor lors des négociations qui avaient aboutit à des signatures d’accord avec le Gouvernement du Sénégal. Par la suite, il va se retirer vers la Guinée Bissau.

Il impose son poulain Abdou Eleinkine Diatta à la tête du MFDC

D’après le journaliste spécialiste de la Casamance, Ibrahima Gassama,  lors du décès de Diamacoune Senghor en France, Edmond Borra a bataillé ferme contre les autres lieutenants pour mettre à la tête du MFDC son poulain Abdou Elinkine Diatta pour le succéder. La suite on le connais tous.

Le 27 octobre 2019, Abdou Elinkine Diatta « assistait à une cérémonie d’intronisation d’un roi traditionnel à Mlomp (à une quarantaine de kilomètres de Ziguinchor, principale ville de Casamance) quand des hommes armés sont arrivés à bord d’une moto et ont tiré et tué le chef rebelle.

Il se serait montré favorable à la paix avec le gouvernement sénégalais, contre lequel les indépendantistes casamançais se sont soulevés au début des années 80.

Les factions du MFDC se regardent en chiens de faïence depuis plusieurs années et la mort du chef rebelle pourrait être liée aux « divergences » au sein du mouvement indépendantiste.

Abdou Elinkine Diatta était considéré par certains indépendantistes comme « un défaillant, quelqu’un qui aurait trahi le mouvement.

Son successeur empruntera-t-il la voie tracée par son ex poulain à savoir trouver les voies d’une paix définitive en Casamance.  

Il a désormais la lourde charge de conduire les affaires à la tête du MFDC et dirigera les négociations avec le Gouvernement du Sénégal qui se sont stagné depuis bientôt 5 ans maintenant. 

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom