Cette déclaration de l’ambassadeur malien en France provoque un incident diplomatique entre les deux pays

Alors que la France est engagée au Mali pour lutter contre le djihadisme dans le cadre de l’opération Barkhane, les relations diplomatiques entre les deux pays sont particulièrement tendues depuis quelques jours. La situation est telle que le ministre des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a été envoyé jeudi à Paris pour arrondir les angles.

Le 26 février, l’ambassadeur du Mali en France avait dénoncé devant la commission Défense du Sénat français les “problèmes” posés, selon lui, par la légion étrangère française sur le sol malien. “Par moments, dans les ‘Pigalle” de Bamako, vous les retrouvez, tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée (française). Ça fait peur, ça intrigue”, avait-il déclaré, mentionnant explicitement les légionnaires. Pourtant, ceux-ci ne sont pas “stationnés à Bamako” et ils n’ont pas vocation à y aller. Ils “n’ont ni quartier libre ni temps de repos hors des bases opérationnelles” de Barkhane, situées dans le nord du pays, selon l’état-major français..

Les propos du diplomate ont été très mal vécus à Paris, alors que la force Barkhane fait face depuis de nombreux mois à la montée d’un sentiment anti-français au Sahel  et que, parallèlement, elle a redoublé d’efforts pour tenter d’enrayer la spirale de violences dans la région.Tandis qu’à Bamako, certaines voix n’hésitent pas à “demander une coopération militaire avec la Russie”, selon  franceinfo en novembre dernier.

Des propos devant la commission Défense du Sénat français

L’incident diplomatique entre Paris et Bamako a eu pour conséquence le rappel dans son pays de l’ambassadeur. Il faut dire que ses propos, prononcés devant la commission Défense du Sénat français, ont provoqué l’ire de Paris. Selon la France ceux-ci sont « faux et inacceptables ». Pour le ministère des Affaires étrangères maliennes il est donc désormais nécessaire d’« apaiser la situation ». La visite du ministre en France « rentre dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays ».

L’ambassadeur malien avait été convoqué plus tôt jeudi au ministère français des Affaires étrangères. « On lui a exprimé notre indignation devant ses propos sans fondement et choquants de la part d’un pays allié dans la lutte contre le terrorisme », a-t-on souligné au Quai d’Orsay. La partie de l’intervention qui pose le plus problème est lorsque l’ambassadeur a déclaré que « par moments, dans les Pigalle de Bamako, vous les retrouvez [les hommes de la Légion étrangère], tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée [française]. Ça fait peur, ça intrigue ».

Pourtant, les légionnaires, mentionnés explicitement par le diplomate, sont absents de la capitale malienne selon l’état-major. Ils « n’ont ni quartier libre ni temps de repos hors des bases opérationnelles » de Barkhane, situées dans le nord du pays, avait assuré l’armée française. Le cabinet de la ministre des Armées, Florence Parly, a également rappelé qu’il n’y a « quasiment plus de soldats français stationnés à Bamako » depuis août 2014.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom