Chiffres avancés par BBY : La diaspora sénégalaise en colère

Les émigrés sénégalais ont massivement voté pour un changement à la tête de l’Etat. Au regard de certaines informations donnant le président Macky Sall réélu dès le premier tour, certains expatriés laissent exploser leur colère contre leurs compatriotes restés au pays. Leur reprochent-ils de n’avoir pas suffisamment voté pour faire sortir le sortant, Macky Sall. D’autres par contre s’expliquent mal les chiffres publiés dans la presse et sur internet et favorables au président sortant.

Pour ces Sénégalais de la diaspora, cette colère se traduit quelque part par ce qui s’apparente comme un chantage. « Amis de la diaspora désormais au Sénégalais, qui vous demande des sous, demandez-lui pour qui il a voté », réagit As Malick Ndiaye sur Facebook. « Le peuple a sagement laissé Macky faire ce qu’il veut pr 7 ans. Maintenant à Macky de laisser au peuple ce qu’il veut. #2emeTour », exige pour sa part l’universitaire Alioune Ndiaye.

« Un bond de 45.000 voix enregistrées en 18 mois, ça pose problème »

Souhaibou Dionne quant à lui, ne trouve aucune cohérence dans les chiffres qu’aurait engrangé le parti au pouvoir. «Les chiffres de la présidentielle 2019 publiés par certains journaux et sites internet ce 26 février interpellent tout observateur. La première incongruité c’est que des législatives du 30 juillet 2017 à la présidentielle de 2019, le parti au pouvoir passe de 1.637.766 voix à 2.483.122 voix, soit un bond de 845.356 voix en 18 mois ». or, « Avec le taux de participation fixé à 64 %, pour passer au premier tour il faut obtenir 2.138.574 voix. Rapporté aux résultats des législatives, il fallait au parti au pouvoir faire un bond de 500.807 voix alors que la dernière révision des listes électorales n’ a permis d’enregistrer que 381.000 nouveaux inscrits dont l’essentiel est constitué de primo votants ».

Il poursuit et donne des exemples. A  Podor, où « le parti au pouvoir est passé de 78 997 aux législatives de 2017 à 127 639 soit une différence 48 642 alors que Osez l’avenir qui était arrivé deuxième n’avait que 6.248 voix. A Matam, il passe de 66.650 à 92.454 voix soit un écart de 25.804 voix. A Kanel, il passe de 44334 à 65 679 soit un écart de 21 345 voix. A Ranérou, il passe de 7973 à 14827 soit un bond de 100%. Au total, sur ces quatre départements un bond de 102 645 voix a été dans ces localités ou le candidat frise des scores de l’ordre de 90%.

Des bonds de l’ordre de 20.000 voix sont constatés à Linguère et Louga. A Fatick, le bond noté est de plus de 25.877 voix et à Foudiougne 19.811 sans explication ni fait nouveau. A ce niveau, les procès-verbaux des bureaux de vote de ces régions doivent être passés au crible », exige-t-il. Avant de conclure : « Le bond de 845.356 voix en 18 mois ne trouve pas d’explication plausible. Il faut revenir à la vérité du terrain et des données politiques du contexte afin d’éviter l’embrasement du pays. Les magistrats ont la lourde charge de distinguer le vrai de l’ivraie ».


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom