CHINE : Un mystérieux virus a déjà fait 6 morts et gagné plusieurs pays asiatiques

La Chine a annoncé mardi 21 janvier un sixième mort, victime d’un mystérieux virus qui inquiète l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont une réunion d’urgence est programmée mercredi.

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, cousine de celui responsable du SRAS (syndrome respiratoire aigu) – un virus hautement contagieux, qui avait tué quelque 650 personnes en Chine continentale et à Hongkong en 2002-2003.

L’alerte est désormais “maximale” dans l’ensemble de l’Asie mais aussi dans plusieurs aéroports internationaux. L’épidémie de pneumonie apparue le mois dernier dans un marché de poissons de Wuhan, dans le centre de la Chine, suscite des inquiétudes croissantes après l’augmentation significative du nombre de cas signalés, les autorités du pays annonçant ce mardi trois victimes en plus des trois décès déjà confirmés. Actuellement, le virus poursuit sa route en direction du nord et du sud du pays et a même franchi ses frontières.

Que sait-on de ce virus proche de celui, hautement contagieux, qui avait provoqué en 2002-2003 l’épidémie de  Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), responsable de 774 morts dans le monde, dont environ 650 en Chine continentale et à Hong Kong ? Comment voyage-t-il ? Se prépare-t-on déjà à son arrivée en France ? LCI fait le point sur la situation.

Les marchés affectés

Les autorités sanitaires du monde entier ont intensifié le contrôle des voyageurs en provenance de Chine. Deux cas ont d’ores déjà été diagnostiqués en Thaïlande, un autre au Japon, un en Corée du Sud et un à Taiwan. Un cas suspect a par ailleurs été signalé aux Philippines.
Des consignes de vigilance ont été adressées aux personnels de santé et aux aéroports français, a déclaré mardi Agnès Buzyn, qui ne prévoit pas à ce stade de mesures de restriction pour les voyageurs.

La crainte d’une épidémie comparable à celle du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), due à un autre coronavirus apparu lui aussi en Chine, qui a fait près de 800 morts en 2002 et 2003, s’est étendue mardi aux marchés financiers.

Les symptômes, comparables à ceux de la pneumonie, sont communs à de nombreuses maladies respiratoires, ce qui suppose un dépistage supplémentaire.

L’origine du virus n’a pas été identifiée, mais l’OMS juge qu’il provient probablement de l’animal. Selon les autorités chinoises, l’épidémie aurait débuté sur un marché aux fruits de mer de Wuhan. Les ventes de volailles vivantes ont été interdites dans la province de Henan pour enrayer l’épidémie, rapporte la presse locale.

L’OMS n’a pas recommandé de limiter les déplacements ni les échanges commerciaux, mais de telles mesures pourraient être débattues lors de la réunion d’urgence prévue mercredi. Les autorités chinoises y seront représentées, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères.

La Chine est disposée à approfondir sa coopération avec la communauté internationale pour faire face à l’épidémie“, a déclaré un porte-parole du ministère. 

La contamination : la piste d’une chauve-souris ?

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus (MERS‐CoV), une famille comptant un grand nombre de virus. Ceux-ci peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras. Les symptômes du Sras ressemblent à ceux d’une pneumonie, avec une forte fièvre et divers problèmes respiratoires.

“Pour le moment, ce que nous savons, c’est qu’il est pratiquement évident que le virus vient d’une source animale”, expliquait la semaine dernière à LCI Jean-Claude Manuguerra, responsable de la cellule d’intervention biologique d’urgence à l’Institut Pasteur. Les investigations ont, depuis, permis de  resserrer  les hypothèses : parmi les animaux suspectés d’être à l’origine de la transmission du virus figure la chauve-souris. C’est “une des possibilités évoquées, on en trouve beaucoup sur les marchés chinois”, indique ainsi LCI Christophe Batejat, responsable adjoint de la Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence  à l’Institut Pasteur. qui exclut en revanche que la contamination vienne de poissons.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom