“Clean day”: Le ramassis d’ordures politiciennes

Voilà la terrible scène à laquelle j’ai assisté hier ! Un âne et sa charrette surchargée d’ordures qui faisait office de camion-poubelle, et qui s’est couché sous le poids de sa charge.

Voilà le système asinien et “bourricotesque” officiel de ramassage des ordures ménagères de toutes les communes du Sénégal.

Le Gouvernement est dans la fumisterie électoraliste avec son set setal politicien. Figurez-vous qu’excepté Dakar et son Mbeubeuss, aucune Commune et Ville du Sénégal ne dispose d’une vraie politique des ordures ménagères, de camions-poubelles, de sites d’enfouissement ou de traitement.

Tout le ramassage est organisé par les associations de quartier qui ont mis en place le système des charrettes tirées par les Ânes contre paiement d’une redevance mensuelle de 3000f par maison.

Voilà où en est le Sénégal !

Les charretiers souvent très jeunes, transformés en éboueurs de circonstances, ne portent ni masque de protection, ni chaussures de sécurité, ni tenues adaptées et encore moins des gants.

La charette n’est pas couverte et laisse sur son passage une odeur pestilentielle à réveiller des morts. Il est évident que ces forçats qui ramassent nos ordures auront une espérance de vie limitée et ne survivront pas aux maladies respiratoires et infections.

Mais le plus grand problème de santé publique de cette délocalisation-privatisation du ramassage des ordures, c’est la prolifération des dépôts sauvages faute de décharges publiques et de sites dédiés.
Les charretiers déversent leur charge derrière les quartiers d’où pullulent des montagnes d’immondices à perte de vue.

Les conséquences environnementales sont désastreuses avec la pollution à vie des sols, les infiltrations des produits toxiques dans les nappes phréatiques, le foisonnement des bactéries à l’air libre qui contaminent les populations vulnérables (enfants, femmes enceinte, personnes âgées), augmentent les maladies respiratoires avec les émanations continues de gaz toxiques et de fumée qui se dégagent des incendies permanentes.

Le plus dangereux et les sénégalais l’ignorent, c’est que les décharges d’ordures sauvages sont devenues le garde-manger des troupeaux de vaches notamment à partir du mois d’avril, quand il n’y a plus d’herbes dans les pâturages.

Et ce sont ces animaux nourris dans les immondices qui se retrouvent dans nos assiettes; et on s’étonne encore de l’explosion des cancers au Sénégal face à notre environnement si pollué.

Macky Sall habillé en jet-seteur et golfeur du dimanche, n’y est pas avec son set setal cosmétique.

Toute la politique de ramassage des ordures doit être repensée avec un schéma uniforme pour toutes les communes, des décharges publiques réservées dès maintenant face à l’incurie foncière, des agents formés et bien rémunérés, une politique de récupération des déchets recyclables, une surtaxe douanière des produits toxiques, l’implantation de milliers de poubelles sur les voies publiques, la distribution de poubelle individuelle à chaque maison pour faciliter la collecte des ordures, une fiscalité claire et une redevance mensuelle payée par chaque maison collectée sur les factures d’eau et d’électricité.

Sans une révolution et un changement de paradigme total, les set setal resteront le vernis qui cache la tragédie.

 

Par Amadou Bâ


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom