Colère noire de l’ordre des pharmaciens du Sénégal après la grâce présidentielle accordée à Amadou Woury Diallo

L’Ordre des pharmaciens n’exclut pas de fermer les officines suite à la grâce présidentielle accordée le 4 avril dernier à Amadou Woury Diallo, condamné à cinq (5) ans de prison dans l’affaire des faux médicaments de Touba Bélel.

Assane Diop, le président du Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal (SPPS), et ses camarades ont exprimé leur indignation, face à la presse, hier vendredi, 3 mai. Ils soutiennent mordicus qu’ils « ne reculerons devant aucune action d’envergure pour la sauvegarde de la santé des populations ».

« Il faut souligner qu’une telle décision vient contredire fortement la volonté exprimée par le chef de l’Etat de lutter contre la circulation des faux médicaments, fulminent-ils. Car, c’est lui-même (Macky Sall), qui disait, lors du forum sur le financement de la santé, qu’il ne sera désormais plus toléré que des médicaments frauduleux soient vendus dans ce pays. »

Assane Diop et Cie sont d’autant plus indignés que l’affaire est en appel.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom