Coronavirus à bord du Diamond Princess : Le Japon offre 2000 iPhone aux passagers !

Plus de 355 personnes sont contaminées sur les 3711 passagers et pour le moment aucun mort n’a été déclaré. Le ministre de la santé japonais, Katsunobu Kato, a expliqué que seuls 1219 passagers ont subi un test. On est donc encore très loin du compte.

Pour pouvoir gérer cette crise et aller plus vite, le gouvernement japonais a décidé d’envoyer environ 2000 iPhone sur ce bateau, un par cabine et par membre d’équipage. De plus, les différents pays des passagers sont en train de tenter de les rapatrier pour alléger la surcharge de travail pour le Japon.

Passer outre les blocages régionaux

Le geste du gouvernement japonais n’est pas signe d’un quelconque dédommagement pour les clients du Diamond Princess.

En réalité, ces iPhone connectés au réseau de l’opérateur SoftBank permettront aux clients placés en quarantaine de pouvoir dialoguer avec un médecin par l’intermédiaire de l’application du ministère de la Santé — laquelle est géolocalisée, et donc inaccessible aux étrangers.

En effet, celle-ci permet aux passagers de communiquer sur leur état de santé, de pouvoir parler avec un psychologue et même de prendre rendez-vous pour se faire ausculter en cas de doute.

D’après le blog Macotakara qui relaie l’information, les passagers du Diamond Princess devront rendre les iPhone une fois leur calvaire terminé. Échéance qui, pour le moment, ne semble pas près d’arriver : seuls 1219 passagers auraient pour le moment été dépistés par les autorités.

La distribution des iPhone s’est faite rapidement grâce à un grand nombre de bénévoles. Concernant les terminaux, on ne sait pas s’ils ont été donnés ou juste prêtés le temps de gérer cette crise sanitaire. Dans tous les cas, si le gouvernement les récupère, il y a de fortes chances qu’ils soient détruits.

Evacuation de passagers américains

Faute de moyens de dépistage suffisants, seuls 1.219 passagers ont pu subir des analyses de détection du virus, alors même que les passagers avaient reçu l’ordre de rester dans leur cabine pendant quatorze jours.

Ce week-end, les Etats-Unis ont évacué du navire quelque 300 de leurs ressortissants et leurs familles avec deux avions, dont le premier a atterri en Californie dans la nuit de dimanche à lundi alors qu’un deuxième était attendu au Texas. Les rapatriés devront observer une quarantaine de quatorze jours, la durée maximale supposée de l’incubation.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom