Coronavirus : Un américain décède brutalement après avoir ingéré de la chloroquine « vantée » par Trump

Après avoir regardé la conférence de presse de Donald Trump, lundi, un couple de sexagénaires a ingéré une trop forte dose de phosph ate de chloroquine. L’homme en est mort et sa femme hospitalisée.

Un homme âgé d’une soixantaine d’années est mort lundi à Phoenix, en Arizona, après avoir ingéré du phosphate de chloroquine. C’est une ONG œuvrant dans le domaine de la santé qui a révélé ce drame, confirmé depuis par de nombreux médias américains.

L’épouse de la victime, également sexagénaire, hospitalisée pour une surdose de la même substance, a expliqué sur la chaîne NBC que l’idée leur était venue après avoir vu Donald Trump vanter les vertus de la chloroquine lors d’un point de presse.

« Ils n’arrêtaient pas de dire que c’était approuvé pour d’autres choses. Trump disait que c’était pratiquement comme un remède », a-t-elle expliqué. Elle et son mari ont, précise-t-elle, absorbé chacun une cuillère à café de phosphate de chloroquine, un produit qu’ils conservaient chez eux pour traiter des poissons d’aquarium.

Sous l’influence de Trump

Lundi, lors de son point presse quotidien, Donald Trump avait vanté une nouvelle fois les mérites de la chloroquine. Il a affirmé que ce médicament pourrait, selon lui, « vraiment changer la donne » dans la lutte contre le coronavirus s’il est utilisé comme traitement.

« Il y a de bonnes chances que cela puisse avoir un énorme impact. Ce serait un don du ciel si ça marchait. Cela changerait vraiment la donne. Nous verrons », a soutenu le président américain.

Lundi également, il a relayé sur Twitter un article consacré à un homme en Floride assurant que ce médicament lui a « sauvé la vie ». Une précédente déclaration de Trump sur la chloroquine avait eu pour effet de faire rebondir la Bourse de New York.

La Food and Drug Administration, qui supervise la commercialisation des médicaments aux Etats-Unis, a annoncé « un essai clinique étendu » tout en rappelant que son rôle était de s’assurer que les produits étaient sûrs et efficaces.

De nombreux effets secondaires

La chloroquine est un traitement peu onéreux, utilisé depuis plusieurs décennies contre le paludisme, proposé selon les pays sous le nom commercial de Nivaquine ou de Resochin. Ce traitement est souvent recommandé lorsque l’on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

L’Organisation mondiale de la santé appelle à la prudence concernant la chloroquine, en raison du faible nombre de patients qui ont eu recours à ce traitement. La chloroquine est un antipaludéen peu onéreux utilisé depuis plusieurs décennies et commercialisé notamment sous le nom de Nivaquine. Ce traitement est souvent recommandé lorsque l’on prévoit de se rendre en zone infestée par le parasite du paludisme, transmis par les moustiques.

En France, le Haut conseil de santé publique a statué lundi que la chloroquine pourrait être administrée aux malades souffrant de « formes graves » du Covid-19, mais ne devait pas être utilisée pour des formes « moins sévères », selon le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Trump disait que c’était pratiquement comme un remède »

Donald Trump a notamment relayé lundi sur Twitter un article consacré à un homme en Floride qui assure que le médicament antipaludéen lui a « sauvé la vie ». Mais selon une ONG œuvrant dans le domaine de la santé, un homme d’une soixantaine d’années est mort en Arizona après avoir ingéré du phosphate de chloroquine, un additif utilisé notamment pour nettoyer les aquariums.

Interrogée par la chaîne NBC News, sa femme, qui a également été hospitalisée, a expliqué que l’idée leur était venue après avoir vu le président républicain vanter les vertus de la chloroquine lors d’un point de presse. « Ils n’arrêtaient pas de dire que c’était approuvé pour d’autres choses. Trump disait que c’était pratiquement comme un remède », a-t-elle expliqué, se souvenant qu’elle en avait utilisé dans le passé pour ses carpes koï. « Je l’ai vu sur l’étagère et je me suis dit, « tiens ce ne serait pas ce dont ils parlent à la télé ? » », a-t-elle déclaré à NBC News.

Le couple a consommé une dose beaucoup trop forte de phosphate de chloroquine : une cuillère à café chacun selon elle. Elle a lancé un appel aux Américains : « Mon Dieu, ne prenez rien [aucune substance]. Ne croyez rien de ce que le président ou son équipe disent, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Appelez votre médecin ».

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom