Côte d’Ivoire : la composition de la nouvelle commission électorale dévoilée

Les personnalités composant la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI) ont été nommées mercredi 25 septembre en Conseil des ministres. À un an de la présidentielle, leur tâche s’annonce déjà délicate.

Comme un pied-de-nez, c’est depuis le bastion d’Henri Konan Bédié, son ancien allié devenu adversaire, que le président Alassane Ouattara a décidé de nommer les membres composant la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI). Ceux-ci ont été désignés lors du Conseil des ministres qui s’est tenu mercredi 25 septembre à Dimbokro, au centre du pays, fief du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) – mais aussi ville natale de l’actuel président ivoirien.

15 personnalités, contre 17 pour la précédente commission, composent cet organe clé dans l’organisation des élections de 2020. Parmi elles, trois siégeaient déjà lors des présidentielles de 2010 et 2015 : Sourou Koné, choisi par le président de la République, Marguerite Yoli Bi-Koné, désignée par la société civile, et Alain Dogou, sélectionné par une partie de l’opposition – dont la frange du Front populaire ivoirien (FPI) dirigée par Pascal Affi N’Guessan. Deux autres sièges réservés aux opposants seront occupés par Henriette Lagou, candidate malheureuse à la présidentielle de 2015, et Daudet Yapi Yapo, l’ancien maire de Yakassé-Attobrou.

L’opposition vent debout

Contre l’avis de la plupart des poids lourds de l’opposition ivoirienne, cette dernière sera donc représentée au sein de l’instance. L’autre tendance du FPI, présidée par l’ex-président Laurent Gbagbo, et le PDCI d’Henri Konan Bédié, avaient en effet décidé de boycotter les discussions. Ils dénoncent un dialogue biaisé et la mise sur pied d’une CEI déséquilibrée, aux mains du pouvoir en place.

Un grand absent est à signaler : Youssouf Bakayoko, président de la CEI depuis 2010, personnage très contesté par l’opposition


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom