COVID-19 au Sénégal : Un autre variant britannique, jugé très contagieux, détecté chez une patiente à Dakar

C’est encore l’équipe du Pr de l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF) qui a isolé le second variant britannique de la COVID-19 chez une patiente de nationalité sénégalaise au laboratoire de génomique de l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF).

Cette identification revêt un caractère particulier car elle a eu lieu au Sénégal. Le même laboratoire avait décelé le premier variant britannique au Sénégal, mais c’était en collaboration avec le MRC Unit The Gambia. L’annonce avait été faite le 28 janvier par le Professeur Souleymane Mboup alors que le Sénégal faisait face à une deuxième vague du coronavirus.

Comparé au premier variant britannique détecté au Sénégal, ce deuxième peut donner des sueurs froides.en effet, il héberge huit mutations alors que le premier n’en avait que six.

Depuis son apparition à Wuhan, en Chine, le coronavirus a connu au moins 12 000 mutations. Mais les plus préoccupantes ont été vues en Grande Bretagne, en Afrique du Sud et au Brésil.

Identifié au mois de décembre en Grande Bretagne, le variant 501Y.V1 a la spécificité d’être 50 à 70% plus contagieux que les souches qui circulaient jusqu’alors.

Preuve de sa contagiosité extraordinaire, ce nouveau variant a été retrouvé à ce jour dans 101 pays ou territoires. Dans certains pays, il est à l’origine de la deuxième vague plus dévastatrice que la première.

Cependant, aucun lien n’a été trouvé entre l’augmentation des cas Covid-19 au Sénégal et l’apparition de cette variante.

Dans tous les cas, le « screening » des mutants se poursuit pour déterminer la prévalence des différents variants au Sénégal. C’est d’autant plus pertinent qu’il pourrait aboutir à la détection d’un variant sénégalais ou de l’Afrique de l’Ouest.

L’Iressef a été choisi par Africa CDC (Africa Centres for Disease Control and Prevention) pour surveiller la circulation des variants en circulation en Afrique de l’Ouest.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom