COVID-19 : les deux laboratoires “ennemis” GSK et GSK s’associent pour développer un vaccin

Alors que les recherches pour développer un remède contre le coronavirus se multiplient, les deux géants et concurrents de l’industrie pharmaceutique Sanofi et GSK annoncent ce mardi qu’ils vont “combiner leurs technologies innovantes pour développer un vaccin contre le Covid-19“.

Dans la course aux vaccins contre le Sars-CoV 2, les mariages (de raison) entre la big pharma et des biotechs à la pointe de la recherche sont d’usage – pour accroître notamment l’assise industrielle du futur produit.  Mais les alliances entre titans ? Ce 14 avril, c’est pourtant un accord entre leaders mondiaux qui s’est noué, avec l’annonce d’un partenariat inédit entre le Britannique GSK et le Français SANOFI– respectivement numéro un et numéro trois mondiaux du vaccin (en valeur) – pour dénicher la dose miracle face à la pandémie.

Sanofi, l’entreprise française, “apportera à cette collaboration son antigène de la protéine S du Covid-19”, grâce à une technologie qui “a permis d’obtenir une réplique génétique exacte des protéines qui se trouvent à la surface du virus”. GSK, la multinationale britannique, “apportera pour sa part sa production de vaccins avec adjuvant à usage pandémique”.

“Le monde est aujourd’hui confronté à une crise sanitaire sans précédent, et il est clair qu’aucune entreprise ne peut y remédier seule”, a indiqué Paul Hudson, directeur général de Sanofi, pour justifier cette collaboration. Une alliance qui “rapproche deux des plus grands spécialistes mondiaux de la production de vaccins”, analyse de son côté Emma Walmsley, directrice générale de GSK.

Course mondiale au vaccin contre le coronavirus

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la collaboration nouée en février par Sanofi avec la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), qui dépend du ministère américain de la Santé selon le communiqué.

Le laboratoire français a aussi annoncé fin mars un renforcement de sa collaboration avec Translate Bio, une biotech cotée au Nasdaq.

Une course mondiale au vaccin contre le coronavirus, qui a causé plus de 117.000 décès sur la planète, s’est engagée. Lundi, le président ukrainien a promis un million de dollars aux scientifiques du pays qui parviendraient à développer un vaccin, tandis que le Royaume-Uni a investi des centaines de millions de livres au profit de la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies (CEPI).

Mi-mars, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait dit espérer un vaccin contre le nouveau coronavirus “avant l’automne”.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom