DERNIERE MINUTE ! Un gigantesque incendie ravage le port de Beyrout un mois après l’explosion mortelle

Un gigantesque incendie a frappé ce jeudi le port de Beyrouth, quelques semaines seulement après l’explosion qui a fait plusieurs dizaines de morts. La Défense civile et l’armée sont déployées sur les lieux.

Les images montrent des flammes rouges et noires s’élevant au-dessus des ruines. Un gigantesque incendie s’est déclaré, jeudi 10 septembre, dans un entrepôt du port de Beyrouth, semant la panique parmi des Libanais encore sous le choc de l’explosion meurtrière et dévastatrice qui a traumatisé la capitale il yBeyrouth a cinq semaines. D’épaisses colonnes de fumée noire sont visibles depuis plusieurs quartiers de la capitale. L’incendie a touché un entrepôt où sont stockées de l’huile pour moteur et des roues de voiture, a indiqué l’armée libanaise dans un communiqué. 

 Le feu lié à un stock de pneus et d’huiles. Le feu a pris dans la zone franche du port, où étaient stockés des pneus et des huiles alimentaires par une compagnie importatrice, a déclaré de son côté le directeur par intérim du port, Bassem al-Kaissi, à une chaîne de télévision locale. L’incendie “a commencé avec les bidons d’huile avant de se propager aux pneus”, a-t-il ajouté, sans être en mesure d’en préciser l’origine. “C’est soit à cause de la chaleur soit d’une erreur, il est encore trop tôt pour le savoir”, a affirmé Bassem al-Kaissi. “On était en train de travailler, et soudain il y a eu des cris, pour nous dire de sortir”, raconte Haitham, l’un des employés de l’entrepôt touché par l’incendie. “Il y avait des travaux de soudure en cours, puis les flammes se sont déclarées, on ne sait pas ce qui s’est passé”, ajoute-t-il.

 Quelques personnes atteintes de difficultées respiratoires. La Croix-Rouge libanaise a fait état de plusieurs personnes en état de suffocation. Des camions de la défense civile ont été dépêchés sur le site de l’incendie, tandis que l’armée a déployé des hélicoptères pour tenter d’éteindre les flammes. Le chef de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh, a exclu tout risque de nouvelle explosion.

 L’incendie survient près d’un mois après l’explosion du port. Une énorme quantité de nitrate d’ammonium stockée dans un entrepôt du port de Beyrouth a explosé le 4 août dernier, dévastant des quartiers entiers de la capitale. Le drame a fait au moins 190 morts et plus de 6 500 blessés : la tragédie de trop pour des Libanais déjà mis à genoux par une grave crise économique. “Nous ne pouvons pas gérer un nouveau traumatisme”, a réagi sur Twitter une internaute. “La panique dans tout Beyrouth. On ne peut pas avoir une pause”, a déploré de son côté la chercheuse de Human Rights Watch (HRW) Aya Majzoub.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom