Deux lauréats du Prix Mo Ibrahim insistent sur l’importance de la sécurité pour le développement de l’Afrique

«Sans sécurité, il n’y point de développement. La sécurité des personnes et des biens dont l’Etat est le garant, est aujourd’hui la clé de voute du développement économique, social et humain», a dit le président Pires.

Il animait un panel, en compagnie de son homologue namibien, Pohamba, dans le cadre de la présentation du rapport 2017 de l’Indice Mo Ibrahim pour la Bonne Gouvernance en Afrique (IIAG, sigle anglais).

Poursuivant, Pedro Pires a indiqué que sans sécurité, il n’y a point de paix et de stabilité et que tous les efforts de développement s’avèrent vains, citant ainsi le cas de la Libye tombé dans le chaos depuis 2011.

«Vous avez vu ce que ce pays est devenu. Il a carrément chuté et entraîne tous se voisins dans la crise migratoire qu’on connaît aujourd’hui. Ce chaos est né du vide sécuritaire. D’où l’importance de mettre l’accent sur l’aspect sécuritaire», a-t-il indiqué.

L’idée est partagée par Hifikepunye Pohamba, ancien président de la Namibie selon qui «tout pays qui veut se développer doit d’abord assurer et maîtriser sa sécurité».

Ce faisant, il a estimé que «la sécurité est un facteur essentiel voir incontournable» pour le développement.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom