« DIEU DU CHAOS » : La NASA annonce l’arrivée « imminente » d’APOPHIS, un astéroïde géant qui pourrait détruire la Terre

Et si la vie sur Terre était éradiquée dans les dix prochaines années ? Ce scénario, digne d’un film de science-fiction, est pourtant pris très au sérieux par les scientifiques de la Nasa qui surveillent de près l’évolution d’Apophis, un astéroïde géant qui frôlera notre planète en 2029.

Du même nom qu’une divinité de la mythologie égyptienne, connu pour être le «Dieu du mal et du chaos», Apophis constitue en effet une menace bien réelle et de plus en plus pressante, à mesure que l’échéance, peut-être fatidique, se rapproche. 

Selon l’agence spatiale américaine, l’astéroïde devrait, dans le meilleur des scénarios, passer juste en-dessous des satellites de télécommunication.

Mais le risque d’une collision avec la Terre n’est pas non plus exclu. En cause : les proportions impressionnantes d’Apophis qui en font un véritable monstre céleste.

Un astéroïde impressionnant 

L’astéroïde mesure en effet 340 mètres de large et si, d’après les dernières projections, il devrait passer à moins de 30.000 km de la surface de la Terre, la moindre variation de trajectoire lui faisant prendre la direction de la planète bleue signerait, ni plus ni moins, l’arrêt de mort de l’humanité tout entière.

Il y a 65 millions d’années, une collision similaire avait en effet provoqué la disparition de 99 % de la vie sur Terre, dont celle des fameux dinosaures qui dominaient alors l’écosystème.

L’orbite d’Apophis est encore incertaine

Les estimations ne manqueront pas d’être affinées dans les années à venir car la trajectoire de l’astéroïde est soumis à des incertitudes qui pourraient bien confirmer ou infirmer la probabilité de l’impact.

En effet, « la détermination précise de l’orbite d’Apophis est particulièrement difficile en raison de la méconnaissance de « l’effet Yarkovsky », du nom de l’ingénieur russe qui découvrit au début du XXe siècle le phénomène suivant : lorsqu’un corps céleste en rotation s’approche du Soleil, il s’échauffe d’un côté avant de se refroidir lorsqu’il a tourné sur lui-même. Ce refroidissement se produit par émission d’un rayonnement infrarouge qui crée une poussée infinitésimale mais permanente sur l’astéroïde et ainsi en modifie la trajectoire » précise le CNES.

Conséquences d’une collision avec un astéroïde comme Apohis

Les scientifiques indiquent néanmoins que « dans l’hypothèse improbable où il entrerait bien en collision », le bolide qui serait chauffé à plus de 1 600°C en pénétrant dans l’atmosphère, engendrerait des conséquences cataclysmiques : du tsunami (raz-de-marée) si il plonge dans l’océan, ou des dégâts massifs sur les terres et les zones habitées.

Un impact avec la Terre dégagerait une énergie de plus de 506 mégatonnes. C’est près de 34 000 fois la puissance de la bombe larguée sur Hiroshima le 6 août 1945 qui avait alors dégagé une puissance d’environ 15 kilotonnes et plus de 1000 fois la puissance de la météorite tombée dans la région de Tcheliabinsk en février 2013.

La peur que suscite une telle éventualité fait qu’Apophis est déjà surnommé le « destructeur de mondes ».

Des stratégies de déviations élaborées

Dans ce contexte, le premier objectif de la Nasa a donc d’abord été de récolter toutes les informations possibles sur l’astéroïde, des données indispensables permettant d’imaginer des moyens à même de le dévier, le cas échéant.

A ce stade, plusieurs scénarios sont envisagés allant de l’option nucléaire à l’envoi d’un vaisseau spatial spécialement dédié qui, voyageant à ses côtés, amènerait, par effet gravitationnel, Apophis à prendre un autre parcours.

D’autres chercheurs sont en toutefois plus optimistes et estiment qu’une collision a seulement une «chance» sur 100.000 de se produire.

Une chance pour la science

Tous les scientifiques s’accordent en revanche sur le fait qu’Apophis leur offre une formidable opportunité d’en apprendre davantage sur les astéroïdes. 

Marina Brozovic, chercheure à la Nasa, a ainsi déclaré au quotidien britannique Daily Express : que pouvoir voir Apophis d’aussi près en 2029 «constituera une opportunité incroyable pour la science.»

Cela, en plus, d’offrir un spectacle grandiose à toute l’humanité. La roche présente à la surface de l’astéroïde devrait en effet briller exceptionnellement dans le ciel lors de son passage en 2029. De quoi mettre des étoiles plein les yeux.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom