Discours de l’Union : Un jeune garçon s’endort en plein discours du président Trump

Maltraité à l’école à cause de son nom, Joshua Trump était invité par la Première dame, qui l’a transformé en symbole de sa lutte contre le harcèlement scolaire.

Un discours littéralement assommant. Joshua Trump, érigé en symbole de la lutte contre le harcèlement scolaire, était invité mardi à assister au discours sur “l’état de l’Union” prononcé par Donald Trump face au Congrès américain. Le petit garçon de 11 ans a gagné de nombreux supporteurs après s’être endormi sur son fauteuil devant les caméras.

Tête renversée, bouche légèrement entre-ouverte, avachi dans son fauteuil au côté de la Première dame, le garçon n’a pas tenu jusqu’à la fin des 80 minutes de discours, considéré comme l’un des moments les plus prestigieux de la vie politique américaine. Son petit somme a beaucoup amusé les internautes.


“Joshua Trump est désormais le meilleur Trump”, a ainsi commenté Chris Jackson.

“Joshua Trump était invité du discours sur “l’état de l’Union” parce qu’il était harcelé à cause de son nom de famille, ce qui n’est pas cool. Mais pour sa défense, un discours d’une heure et demi de Donald Trump, ça ne l’est pas non plus”, a estimé David.


“Bonne nuit tout le monde. Puissiez-vous dormir aussi paisiblement que Joshua Trump, le jeune homme qui est devenu une légende ce soir”, s’est gentiment moqué le média Splinter.

Harcelé pour son nom de famille

Convié par Melania Trump, Joshua Trump a été maltraité durant des mois par des enfants qui lui reprochaient son patronyme. L’enfant a été obligé de quitter son école et a failli changer de nom de famille.

“On m’embêtait beaucoup”, expliquait le petit garçon dans l’émission Inside Edition en décembre. “Ils me disaient: tu es de la famille de Trump? Et je leur répondais: vous croyez que je serais ici si j’étais de sa famille?”

“Il disait qu’il se haïssait et qu’il détestait son nom de famille”, se désolait sa mère, Megan Trump, dans un reportage de l’antenne locale de la chaîne ABC. “Il se sent perpétuellement triste et ne veut plus vivre avec cette impression”, ajoutait-elle. “Pour une mère, c’est terrifiant”.

Depuis, l’école a demandé à ses professeurs de ne plus prononcer le nom de famille de Joshua et, après enquête, dit avoir sanctionné cinq élèves, qui se sont excusés d’avoir harcelé le garçon.

 

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom