DRAME : Loëvann, 2 ans, mort empoisonné par une pile au lithium d’un hand spinner

Loëvann, un petit garçon de 2 ans, est décédé au centre hospitalier Jeanne-de-Flandre de Lille après trois semaines d’hospitalisation. Fin août, alors qu’il est avec ses parents chez des amis, il ingère une pile au lithium d’un hand spinner. Depuis, ses parents souhaitent alerter l’opinion sur les dangers des piles au lithium dans les jouets pour enfants.

Un petit garçon de deux ans et demi est décédé dimanche au CHU de Lille suite à une hémorragie rapportent nos confrères de Nord Littoral.

Il était hospitalisé depuis fin août pour des problèmes respiratoires après avoir ingurgité une pile-bouton de hand spinner, petite toupie que les enfants s’arrachent dans les cours de récré.

La pile contient du lithium, considéré comme un poison

Fin août, ce petit garçon avait avalé une pile au lithium : « Nous étions chez une amie. Ses enfants jouaient avec des hand spinners », ces petites toupies qui ont connu un succès fulgurant auprès des jeunes, a raconté le père de l’enfant au quotidien Nord Littoral. Trois jours plus tard, « il avait du mal à respirer. Nous l’avons conduit aux urgences de l’hôpital de Calais. La pile a été détectée dans l’œsophage », a-t-il ajouté.

« C’est un drame innommable. Les parents veulent vraiment que tout le monde prenne conscience de la dangerosité de ce type de piles, au lithium », a déclaré le maire de Polincove, Thierry Rouzé.

En 2017, les jouets sont arrivés en tête des produits dangereux signalés dans l’UE, selon un rapport de la Commission européenne publié en mars. Les dangers liés à certains modèles de « hand spinners » avaient particulièrement été mis en avant.

Sans donner de chiffres, la Commission soulignait que « des contrôles sur des échantillons avaient rapidement révélé des problèmes », liés notamment aux petites piles bouton permettant à des modèles de toupie de s’allumer en tournant. En cas d’ingestion, elles peuvent « causer des brûlures de l’œsophage et des intestins », soulignait le rapport.

En juillet 2017, une fillette de deux ans et demi, avait dû subir un nombre incalculable d’interventions chirurgicales après avoir avalé une pile bouton au lithium. Elle était décédée brutalement après un an de calvaire.

 

Source: dna et lavoixdunord.fr

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom