EDGE : pourquoi le fameux navigateur de Microsoft a mal tourné ?

 L’expérience du navigateur de Microsoft a échoué sur le marché, de sorte que l’entreprise se tourne vers un successeur improbable : le projet open-source Chromium. Peut-il réussir là où EdgeHTML a échoué ?

La rumeur n’aura pas eu le temps de faire débat. À peine l’idée d’un abandon d’EdgeHTML commençait-elle à faire son chemin que Microsoft confirmait la nouvelle : oui, Edge va bien être reconstruit sur la base de Chromium.

Microsoft marche donc dans les pas d’Opera avant lui. Mais chez le père de Windows, ce choix aura des conséquences nettement plus importantes. Au-delà d’une décision technique répondant à des impératifs commerciaux, certains évoquent déjà les risques que cette bascule fait peser sur le web.

Adieu EdgeHTML, salut Blink

Prévoyant de lancer une préversion de ce nouvel Edge en début d’année prochaine, Microsoft travaille manifestement sur le projet depuis un bon moment. Sa participation récente au code de Chromium sur sa compatibilité ARM64 prend un sens nouveau.

Edge n’a pas fonctionné sur les ordinateurs de bureau ne fonctionnant pas sous Windows 10

Lorsque Microsoft a décidé pour la première fois choisir EdgeHTML, l’entreprise prévoyait que Windows 10 fonctionnerait sur un milliard d’appareils en deux ou trois ans, dont quelques centaines de millions de téléphones Windows.

Ce plan n’a pas vraiment marché.

Et pour les 15 % d’appareils de bureau utilisant des systèmes d’exploitation non Windows (principalement MacOS), Microsoft Edge n’est pas une option. Du tout. Cette cohorte comprend un nombre disproportionné d’utilisateurs qui sont des développeurs Web, ce qui rend difficile pour eux de tester leurs sites sur le navigateur de Microsoft.

Et pour les 40 % d’ordinateurs de bureau qui utilisent des versions Windows plus anciennes (mais toujours supportées), Edge n’est qu’une option. Chrome et Internet Explorer le sont, ce qui explique pourquoi ces deux navigateurs fonctionnent si bien.

Le nouvel Edge, comme l’ancien Edge ?

Microsoft prévoit de continuer à utiliser la marque Microsoft Edge, y compris le logo bleu vif avec le “e”. Mais il va reconstruire le navigateur en utilisant le code open-source du projet Chromium. Une pre-release paraîtra dans quelques mois, mais le premier téléchargement officiel est encore prévu “à un an environ”.

Ce calendrier est un peu gênant, avec la prochaine mise à jour de Windows 7 prévue quelques mois seulement avant la date officielle de fin de support (janvier 2020) pour cet OS.

Microsoft a certainement un talent d’ingénieur pour livrer un Edge solide à base de Chromium, et cela sera facilité par un moteur de rendu qui va traiter des sites Web qui ont été construits et testés exclusivement pour Chrome.

Mais il y aura encore des problèmes à régler. Au premier rang desquels la disponibilité des extensions. On me dit que le but de l’ingénierie est de permettre à toute extension Chrome existante de fonctionner sans modification sur le nouvel Edge. Mais cela signifie aussi que les développeurs devront empaqueter ces extensions pour le Microsoft Store. Un pourcentage non négligeable décidera probablement que ce n’est pas la peine de le faire.

Et la disponibilité du nouvel Edge sur Macs permettra aux développeurs Web de tester plus facilement leurs sites sur ce navigateur. Mais la question de savoir s’ils le feront reste ouverte.

Le plus grand argument de vente du nouveau navigateur de Microsoft sera la protection de la vie privée. En théorie, ils peuvent construire un navigateur 100% compatible avec Chrome, sans avoir besoin de se connecter aux services Google. Dans un monde où Facebook et Google sont de plus en plus critiqués pour leurs pratiques de collecte de données, c’est un argument potentiellement gagnant.

Bien sûr, Microsoft s’est déjà engagé dans cette voie avec sa campagne “Scroogled”, et les résultats ont été, pour le dire charitablement, désastreux. Cinq ans plus tard, avec le départ de Mark Penn de l’entreprise et le travail de Satya Nadella, ça pourrait marcher.

Mais même si le nouvel Edge n’aide pas Microsoft à augmenter considérablement sa part de marché dans les navigateurs, c’est quand même une bonne nouvelle pour le web en général. Microsoft a déjà apporté des contributions impressionnantes à la base de code Chromium, et quoi qu’il fasse avec le nouvel Edge Chromium, ce code retournera à la communauté. Si certaines innovations d’Edge s’intègrent dans d’autres navigateurs, même Google Chrome, tout le monde y gagne.

1 COMMENTAIRE

  1. une des raisons aussi de l’échec de edge,c’est d’avoir voulu imposer ce navigateur et imposer bing en compliquant le changement le moteur de recherche de son choix-c’est aussi le même problème avec W10 qui limite la personnalisation et impose les choix de MS que doit subir l’utilisateur.

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom