ELECTIONS CAF : Voici les 11 engagements d’Augustin Senghor

En marge de l’Assemblée générale de l’Ufoa-A, à Praia, samedi, Me Augustin Senghor, candidat à l’élection du président de la Caf, a présenté son programme à travers 11 engagements et pendant 90 minutes. Les temps forts du «match à ne pas perdre» du patron du foot sénégalais.

Le temps d’un match de football (90 mn) et à travers 11 engagements, le candidat Augustin Senghor a décliné son programme pour le football africain, samedi en marge de l’Assemblée générale de l’Ufoa-A, tenue à Praia, au Cap Vert.
«Pour un football africain uni, plus performant et plus attractif», c’est le titre du Manifeste du candidat Senghor.

Le patron du foot sénégalais a d’abord fait l’état des lieux de la Caf en huit points. Il a insisté sur «les plaies qui gangrènent l’institution et qui méritent d’être pansées». A savoir l’ordonnancement juridique devenu désuet, les problèmes de gouvernance, mais aussi et surtout de la précarité de la situation financière, marquée par «un cycle de déficit financier structurel lors des derniers exercices». A cela s’ajoutent, selon Me Senghor, la «balkanisation statutaire de la Caf à des fins politiques au détriment de l’unité et de la cohésion de ses 54 membres, les défaillances récurrentes à organiser et à respecter les compétitions de la Caf pour des raisons endogènes et exogènes, l’absence d’une politique commerciale attractive».

«11 engagements phare, un impératif pour une Caf plus crédible»

C’est sur la base de quatre axes d’intervention prioritaires que ces «11 engagements phare qui demeurent un impératif pour une Caf plus crédible», ont été déclinés «pour tout changer et gagner le match à ne pas perdre».

Chaque axe sera de manière inclusive, complété par des indicateurs de performance et une feuille de route intégrant les attentes des différentes parties prenantes sur la base d’une approche collaborative. Il s’agira pour la mise en œuvre, de promouvoir une démarche axée sur l’écoute, le partage, l’appropriation, l’envie d’avancer ensemble, l’expérience et la compétence pour s’assurer que toutes les parties prenantes de la Caf et ses partenaires restent suffisamment impliqués et, ainsi travailler de manière transversale, cohérente et efficace pour, enfin, obtenir des résultats tangibles.

«Réformer en profondeur l’ensemble du cadre juridique et décisionnel de la Caf»

C’est ainsi qu’au plan de «la gouvernance exécutive, administrative et juridique et pour une gouvernance inclusive, transparente et responsable», le candidat Senghor compte «réformer en priorité et en profondeur l’ensemble du cadre juridique et décisionnel de la Caf. Restructurer le mode de fonctionnement du Comité exécutif ainsi que le mode de désignation de ses membres en privilégiant les critères de compétence et d’éthique, les principes d’équilibre et d’inclusion des composantes géographiques et linguistiques de même que l’unité et la cohésion des membres au service de l’intérêt exclusif du football continental».

Evidemment pour y arriver, il est nécessaire de nouer des partenariats solides. Et justement, le dernier axe de son programme concerne les partenaires institutionnels et des relations extérieures. En quête d’autonomie financière, technique et institutionnelle, la Caf a besoin de l’accompagnement de la Fifa, des Etats et gouvernements africains et d’une collaboration accrue avec les cinq autres confédérations.
Me Senghor a aussi évoqué la professionnalisation des clubs par l’accélération du processus «à l’échelle du continent, en intensifiant les actions de développement du football féminin dans toutes ses dimensions».

Revenant sur les raisons de son engagement, il rappelle que cela relève d’une «prise de responsabilité historique. Mon objectif étant d’impulser une nouvelle démarche par un leadership innovant».

«Passer de l’image d’une Confédération à problèmes à une Confédération qui gagne»

Et son ambition pour la Caf est clair et a pour moteur : «L’atteinte d’un double objectif de développement durable. A savoir promouvoir et asseoir un développement horizontal, équilibré et durable du football africain au niveau continental et aussi donner corps et âme à cette conviction forte que l’avenir du football mondial se fera avec l’Afrique ou ne se fera pas.»

Et le candidat Senghor de résumer en ces mots : «L’heure est venue de passer de l’image d’une Confédération à problèmes à une Confédération qui gagne. C’est à nous tous, sans exclusive, de bâtir cette institution forte, crédible, attrayante et performante que doit être la Caf. Nous ne sommes pas loin du but, marquons ce but ensemble pour le bonheur et

Source : FSF


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom