EMPLOIS FICTIFS : Le couple FILLON entendu à nouveau

Après les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de l’épouse de l’ex-Premier ministre, le couple Fillon a été mis en examen en mars 2017 pour « complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et recel d’escroquerie aggravée ».

L’enquête sur le « PenelopeGate » avance-t-elle ? En janvier 2017, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle, Le Canard enchaîné révélait que Penelope Fillon, l’épouse du candidat Les Républicains François Fillon, avait été employée comme attachée parlementaire par son mari et le suppléant de celui-ci. Un emploi soupçonné d’être fictif tout comme ceux de ses enfants, rémunérés en tant qu’assistants de leur père.

Selon nos informations, François Fillon a été entendu ce vendredi par les juges du pôle financier. Il est sorti d’audition peu après midi. Contacté, Antonin Lévy, son avocat, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Son épouse, Penelope Fillon, a elle été ré-entendue jeudi par les juges d’instruction en charge de l’affaire. Selon une source proche du dossier, il s’agit des derniers actes avant la clôture de dossier.

François Fillon, aujourd’hui retiré de la politique, est mis en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

L’enquête vise notamment les contrats d’attachée parlementaire de Penelope Fillon auprès de son mari, ainsi que ses activités à la Revue des Deux Mondes.

L’épouse de l’ex-candidat de la droite à l’élection présidentielle, est elle mise en examen en mars 2017 pour « complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et recel d’escroquerie aggravée ». Elle avait été entendue en audition libre par les policiers de l’Office anticorruption (Oclciff) dès le début de l’affaire.

Les deux enfants du couple visés par l’enquête ont eux été placés sous le statut de témoin assisté.

L’affaire Fillon, qui a débuté avec les révélations du Canard enchaîné puis le lancement d’une enquête préliminaire par le Parquet national financier (PNF), en janvier 2017, a rebattu les cartes de l’élection présidentielle. Elle est désormais confiée à trois juges d’instruction qui terminent leurs investigations. Avant l’été, d’ex-collaborateurs avaient été interrogés.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom