En France, Michel Fourniret a reconnu le meurtre d’Estelle Mouzin, 17 ans après !

Le 9 janvier 2003, Estelle Mouzin disparaissait, à l’âge de neuf, alors qu’elle revenait de l’école. Jeudi 5 mars 2020, Michel Fourniret a enfin avoué le meurtre de la fillette.

Selon les informations recueillies par Europe 1 et Le Point, le tueur en série Michel Fourniret a reconnu le meurtre de la petite Estelle Mouzin. Michel Fourniret, dont l’ombre plane sur la disparition de la fillette depuis 2006, avait récemment été mis en cause par son ex-femme, Monique Olivier. Le tueur en série est passé aux aveux. Dix-sept ans après la disparition d’Estelle Mouzin à Guermantes, en Seine-et-Marne, Michel Fourniret a reconnu avoir tué la fillette.

“L’Ogre des Ardennes” a fait ses aveux jeudi, dans le cadre d’une très longue audition, entamée la veille et qui s’est poursuivie vendredi dans le bureau de la juge d’instruction Sabine Khéris.

Michel Fourniret avait été mis en examen fin novembre 2019, pour “enlèvement et séquestration suivis de mort” dans l’affaire Mouzin, suite aux révélations de sa compagne, Monique Olivier. En effet, cette dernière avait assuré que l’alibi de son ex-mari était faux. Il y a quelques mois, elle déclarait : “Je pense que Michel Fourniret a bien tué Estelle Mouzin.” Elle avait notamment expliqué à la juge que la fillette avait le profil type des sujets que recherchait son ex-mari. Elle se rappelait également d’un soir où son mari était rentré à la maison, satisfait d’avoir “repéré un beau petit sujet. Depuis, Monique Olivier était certaine de la culpabilité de Michel Fourniret.

Michel Fourniret a longtemps clamé son innocence

Le 27 novembre dernier, le tueur en série avait fait part de propos glaçants lorsqu’il avait était entendu dans l’affaire Estelle Mouzin. Face au juge, Michel Fourniret déclarait : “A l’âge que j’ai, je n’ai rien à craindre ni à perdre. Si cette petite avait croisé mon chemin, je vous le dirais (…) mais je n’en ai pas souvenance.” Celui qui a désormais avoué le meurtre de la fillette ajoutait : “Je joue franc jeu avec vous. C’est peut-être dommage, car vous êtes une bonne joueuse. (…) Avec vous, les malotrus n’ont qu’à bien se tenir. Je nage, je n’y crois pas… Ça ne veut pas dire que je ne suis pas coupable, mais ça ne fait pas ’tilt’ et il me semble que ça devrait faire ’tilt’.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom