En vidéo, SpaceX rate son atterrissage après avoir déployé 60 nouveaux satellites Starlink

VIDEO – Après 49 tentatives réussies, la société spatiale américaine SpaceX a manqué le 50e atterrissage de Falcon 9, sa fusée réutilisable. La mission a en revanche permis de mettre en orbite 60 nouveaux satellites destinés à fournir internet depuis l’espace.

La mission a en revanche permis de mettre sans problème en orbite 60 nouveaux satellites formant la constellation Starlink, projet d’ampleur de la société d’Elon Musk destiné à fournir internet depuis l’espace. Une mission qui a néanmoins été marquée par un raté.

Une quinzaine de minutes après le décollage d’une fusée Falcon 9 depuis Cap Canaveral en Floride aux États-Unis, les satellites de télécommunications ont été placés sur une orbite elliptique. Ils se serviront de leurs propulseurs ioniques à effet Hall pour rejoindre une orbite opérationnelle à 550 km.

Près de 300 satellites Starlink d’une masse de 260 kg sont actuellement en orbite. Avec ces minisatellites et une constellation de plusieurs milliers, l’ambition est de proposer un service Internet à haut débit et avec des temps de latence de l’ordre de 15 ms.

Starlink vise un service dans le nord des États-Unis et au Canada pour cette année. Une couverture quasi mondiale de la population est rapidement envisagée d’ici 2021.

Pour cette nouvelle mission Starlink, SpaceX a utilisé un premier étage de fusée Falcon 9 qui avait déjà volé à trois reprises lors de précédentes missions en mai 2019, juillet 2019 et décembre 2019. Il était prévu un atterrissage de ce premier étage sur une barge stationnée dans l’océan Atlantique, mais la cible a été manquée.

 » Malheureusement, nous n’avons pas fait atterrir le premier étage sur notre barge de récupération, mais il a atterri doucement en mer, juste à côté de la barge, il semble donc qu’il soit en un seul morceau « , a commenté en direct une ingénieure de Space X.

Internet à partir de l’espace

Il s’agissait du cinquième lancement de 60 satellites de la constellation Starlink, qui pourrait à terme en compter des milliers. Au total, environ 300 satellites sont d’ores et déjà en orbite (quelques-uns des premiers lancés sont tombés en panne).

Le maillage du ciel devra être assez dense pour que plusieurs satellites soient toujours en ligne directe avec l’abonné du futur service d’internet.

D’autres sociétés, comme OneWeb, ambitionnent également de fournir internet à haut débit depuis l’espace. Elon Musk espère à terme gagner 3 à 5 % du marché mondial de l’internet, une part évaluée à 30 milliards de dollars par an.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom