Et si Boubacar seye, président de “Horizon Sans Frontière”, avait raison sur le Sénégal ?

Boubacar Sèye passe sa première nuit à la prison. Ce, après avoir fait face au doyen des juges de Dakar. Le président d’Horizon 3 sans frontières a été entendu et inculpé pour “diffusion de fausse nouvelle“ sur le Sénégal. 

Il sont nombreux, à cet effet, à dénoncer une tentative de museler le Président de l’ONG HSF qui a révélé au grand jour un financement ignoré de nombre de Sénégalais. Ce, au moment où ils sont nombreux, les jeunes, à se lancer à l’aventure dans les océans, au péril de leur vie.

Un rapport sur les projets et programmes au Sénégal dans le domaine de la migration

Une étude a été réalisée en 2020, “sur commande de la Fondation Heinrich Böll Sénégal“. L’ONG Allemande avait publié un rapport sur les projets et programmes au Sénégal dans le domaine de la migration. Plus de 200 milliards de francs CFA (environ 305 millions d’euros) ont été investis dans le domaine de la migration entre 2005 et 2019 au Sénégal, autour de trois axes :  la surveillance des frontières, favoriser les retours, et améliorer la situation socio-économique dans les zones de départ.

En effet, c’est depuis 2005, “suite à la médiatisation spectaculaire de nombreux décès de femmes, d’hommes et d’enfants sur les routes migratoires vers l’Europe“, que le Sénégal a multiplié les projets et programmes relatifs à la migration clandestine, “en grande partie soutenus par l’Union européenne et plusieurs de ses États membres (France, Italie, Espagne)“, renseigne le Rapport de l’étude-bilan sur les projets et programmes migratoires de 2005 à 2019 au Sénégal qui note “Une avalanche de financements pour des résultats mitigés”.

Le présent rapport propose un bilan de ces projets et programmes pour la période 2005-2019. Au vu des documents consultés et des entretiens réalisés dans le cadre de cette étude, plus de 200 milliards de francs CFA (environ 305 millions d’euros) ont été investis dans le domaine de la migration sur cette période, avec pour principaux objectifs de limiter les départs, que ce soit par un meilleur contrôle des frontières ou en essayant d’améliorer les conditions socioéconomiques dans les zones de départ, et de favoriser les retours“, peut-on lire dans le document.

Et malgré l’ampleur des financements, il note des résultats mitigés et le phénomène de la migration irrégulière continue de prendre de l’importance. “Cela peut s’expliquer par un contexte institutionnel national marqué par un éparpillement des acteurs et par une absence de politique nationale claire et cohérente“, selon toujours le documentA rappeler que le président de l’ONG Horizons sans frontière (Hsf) a été arrêté par la police sénégalaise postée à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) à son arrivée à Dakar. Et les raisons de son arrestation seraient liées à sa sortie sur les fonds que l’Union Européenne aurait alloué au Sénégal pour combattre l’émigration clandestine. Boubacar Seye accusait l’Etat du Sénégal d’avoir utilisé cet argent “à de fins personnelles“.

Des accusations balayées d’un revers de la main par le Secrétaire général d’Etat auprès des Sénégalais de l’extérieur. “C’est un mauvais procès qu’on est en train de faire au gouvernement sénégalais, qui a consenti beaucoup d’efforts dans la création d’emplois. On a déjà 490.000 emplois directs créés. Le président a parlé d’un million d’emplois en 2019, on est en train de travailler la dessus pour atteindre ses objectifs“, selon Moise Sarr.

Voici le document complet sur le Rapport d’étude-bilan sur les projets et programmes migratoires au Sénégal 2005-2019:

Rapport d’étude-bilan sur les projets et programmes migratoires au Sénégal 2005-2019_online_0


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom