Faut il avoir peur ? Emmanuel Macron compare le moment actuel à l’entre deux guerre

ALERTE – Le message est très grave. Dans un entretien accordé au journal Ouest-France, Emmanuel Macron se dit frappé par la ressemblance entre la situation qui prévaut en Europe et celle des année 1930. Le président de la République appelle à « être lucide » et à « résister ».

Dans un entretien accordé à Ouest-France publié mercredi soir, Emmanuel Macron se dit « frappé », par la ressemblance entre la situation actuelle en Europe et celle des années 1930.

« Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres », indique le chef de l’Etat dans des propos tenus en début de semaine en marge d’une visite de l’exposition consacrée à Georges Clemenceau au Panthéon.

« Dans une Europe qui est divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique, on voit presque méthodiquement se réarticuler tout ce qui a rythmé la vie de l’Europe de l’après Première Guerre mondiale à la crise de 1929. Il faut l’avoir en tête, être lucide, savoir comment on y résiste »

« Comprendre les leçons de l’Histoire »

Le chef de l’Etat s’apprête à célébrer le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, en visitant les lieux de bataille dans le Grand Est et les Hauts de France durant une semaine à partir de dimanche. Suivront la cérémonie du 11 novembre à l’Arc de Triomphe en présence d’une centaine de dirigeants du monde entier, puis le premier Forum de la Paix à La Villette.

Au cours de ces rendez-vous, Emmanuel Macron indique qu’il ne « veux pas simplement regarder l’Histoire ». « Je veux rendre hommage et essayer de comprendre les leçons de cette Histoire. C’est un message de célébration, de mémoire et d’avenir ». En promouvant, à cette occasion, une Europe « plus souveraine et plus multilatérale ».

« L’Europe est face à un risque : celui de se démembrer par la lèpre nationaliste et d’être bousculée par des puissances extérieures. Et donc de perdre sa souveraineté. C’est-à-dire d’avoir sa sécurité qui dépende des choix américains et de ses changements, d’avoir une Chine de plus en plus présente sur les infrastructures essentielles, une Russie qui parfois est tentée par la manipulation, des grands intérêts financiers et des marchés qui dépassent parfois la place que les États peuvent prendre », prévient Emmanuel Macron.

Des propos qui ont une résonance toute particulière, après la publication d’un sondage Ifop pour Ouest France, où 4 Français sur 10 seraient prêts à confier la direction du pays à un « pouvoir politique autoritaire » pour le réformer en profondeur.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom