“Football Leaks” : Voici les 19 clauses de contrat les plus folles de l’histoire du football

Les contrats des joueurs leur font la part belle : des clauses pour le moins étonnantes illustrant  la démesure du football. Ce fut l’une des révélations des Football Leaks qui a sans aucun doute le plus marqué les esprits : Neymar perçoit un bonus pouvant atteindre 375 000 euros s’il respecte le code éthique du club. Parmi les règles énumérées dans son contrat, le Brésilien doit ainsi aller « saluer et remercier les supporteurs avant et après chaque match ».

Cette clause n’est pas spécifique à l’ancien Barcelonais, ni même au club de la capitale. L’un des exemples de contrat proposé par l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF) prévoit d’ailleurs bien cette prime, en évoquant non pas la nécessité d’« applaudir et remercier les spectateurs », mais « la courtoisie, l’amabilité et la disponibilité avec les supporters ».

Les contrats des joueurs de football regorgent de ces clauses bien particulières, promettant, selon les cas, des primes si un joueur ne crache pas ou ne se montre pas violent, si un autre ne mord pas ou enfin si encore un autre ne dit pas de mal de son entraîneur. Certains contrats prévoient même des sorties hebdomadaires en discothèques ou des trajets jusqu’au centre d’entraînement en avion ou hélicoptère.

1 -Alvaro Morata

Alvaro Morata compte parmi les premiers joueurs à avoir vu une clause de rachat insérée dans son contrat. Lui préférant Karim Benzema et Gonzalo Higuain, le Real Madrid a en effet accepté, à l’été 2014, de céder son attaquant formé au club à la Juventus. Un transfert bouclé pour 20 millions d’euros. Mais restant convaincu de son potentiel, le club merengue a pris soin d’ajouter une clause de rachat pour seulement 30 millions d’euros. Après deux ans dans le Piémont, l’international espagnol a été rapatrié dans la capitale espagnole avant d’être revendu, un an plus tard, à Chelsea pour 66 millions d’euros.

2 – Luis Suarez

Recruté par le FC Barcelone à l’été 2014, Luis Suarez débarque en Catalogne quelques semaines seulement après une Coupe du monde au cours de laquelle l’Uruguayen s’est signalé par une morsure sur l’épaule de Giorgio Chiellini. Et ce après avoir déjà fait tâter de ses canines à Branislav Ivanovic avec Liverpool et Otman Bakkal avec l’Ajax Amsterdam. Les dirigeants blaugrana ont donc souhaité assurer le coup en insérant une clause anti-morsure dans le contrat de leur nouvel attaquant, prévoyant une très lourde sanction en cas de récidive. « Si elle existait nous ne le dirions pas », a commenté le président Josep Maria Bartomeu.

3 – Mario Balotelli

La réputation de Mario Balotelli n’était plus à faire à son arrivée à Liverpool. Aussi les dirigeants des Reds prirent soin d’ajouter une clause de bonne conduite d’1,2 million d’euros si le joueur « n’est pas exclu plus de trois fois pour des comportements violents, pour avoir craché sur un joueur ou en utilisant un langage abusif  ».

4 – Olarenwaju Kayode

Les dirigeants de l’Austria Vienne se sont montrés prévoyants au moment d’enrôlé Larry Kayode en 2015. Le contrat du Nigérian comportait en effet une clause prévoyant jusqu’à 30% de retenue de salaire si l’attaquant, réputé pour ses sorties nocturnes, arrivait éméché à l’entraînement ou se montrait ivre en public.

5 – Alex Oxlade-Chamberlain

Faut-il y voir la raison de son temps de jeu souvent limité lors de son passage chez les Gunners entre 2011 et 2017. Toujours est-il que lors du transfert du milieu anglais à Arsenal, Southampton avait pris soin d’ajouter une clause garantissant 12 500 euros supplémentaire aux Saints à chaque fois que le natif de Portsmouth jouait plus de 20 minutes. Une clause qui a finalement rapporté 1,8 million d’euros aux pensionnaires du St Mary’s Stadium.

6 – Jean-Pierre Papin

Recruté par Guingamp à l’été 1998, Jean-Pierre Pain obtient un emploi du temps aménagé, débarquant en Bretagne le mercredi avant de repartir à Bordeaux dès la fin du match, le samedi, grâce à un chauffeur qui l’attendait à la sortie du stade.

7 – Paul Pogba

Arrivé gratuitement à la Juventus Turin, la Vieille Dame a rapidement assuré ses arrières. Son contrat signé lors de sa prolongation avec les Bianconeri prévoyait notamment une clause libératoire de quelque 70 millions d’euros. Tout du moins pour tous les clubs sauf le PSG. Le club de la capitale avait en effet droit à un tarif spécial avec une clause fixée à 80 millions d’euros.

8 – Radamel Falcao

Débarqué à l’été 2013 pour 43 millions d’euros sur le Rocher, Radamel Falcao n’en est pas moins reparti – une première fois – après seulement un an. S’il a longtemps rêvé de rejoindre le Real Madrid, le Colombien a en effet accepté, en août 2014, d’être prêté à Manchester United. Un prêt assorti d’une option d’achat fixée à 60 millions d’euros mais également d’une clause prévoyant un retour à l’envoyeur en cas de rechute de l’ancien joueur des Colchoneros, grièvement blessé au genou gauche à l’hiver précédent.

9 – Raphael van der Vaart

Dès son arrivée au Betis Séville à l’été 2015, Rafael van der Waart a pu constater qu’on ne transigeait pas avec la rivalité avec les voisins du FC Séville. Son nouveau club lui a en effet interdit de porter des chaussures de couleur orange, présente sur le maillot de l’ennemi andalou.

10 – Roberto Firmino

Acheté pour 40 millions d’euros à Hoffenheim lors du mercato estival 2015, Roberto Firmino bénéficiait d’une clause libératoire dans son contrat signé à son arrivée avec Liverpool. Une clause qui s’établissait alors à 98 millions d’euros. Tout club pouvait dès lors le recruter à condition d’y mettre le prix. Enfin presque. Arsenal n’était pas concerné par cette clause et ne pouvait, quel que soit le prix proposé, recruter le Brésilien. Cette restriction serait la conséquence du transfert avorté de Luis Suarez à l’été 2013. Les Gunners avaient en effet proposé 49 millions d’euros plus un euro symbolique pour activer la clause libératoire de l’Uruguayen. Ce que n’avaient guère apprécié les Reds.

11 – Ronaldinho

Capable de toutes les prouesses sur un terrain, Ronaldinho était également inarretable la nuit venue. Et le Brésilien était à tel point porté sur les sorties nocturnes qu’il avait pris soin de faire ajouter une clause dans son contrat signé au moment de son arrivée à Flamengo lui permettant au moins deux sorties en discothèque par semaine.

12 – Samuel Eto’o

Recrue surprise de l’Anzhi Makhachkala, Samuel Eto’o s’était vu dérouler le tapis rouge pour rejoindre ce coin reculé de la Russie. Outre un salaire annuel de quelque 20 millions d’euros sur trois ans et des primes à l’avenant, le Camerounais avait ainsi négocié une clause lui assurant un transport en jet privé et hélicoptère pour faire les trajets entre Makhachkala et Moscou où il avait choisi de séjourner durant son aventure en Russie. Des trajets de quelque 2000 kilomètres.

13 – Sergio Aguero

Recruté par Manchester City en 2012, Sergio Agüero n’a pas seulement rapporté les 40 millions de son indemnité de transfert à l’Atletico Madrid. Les Colchoneros avaient en effet ajouté une clause prévoyant un bonus de 250 000 euros à chaque tranche de 15 buts inscrits avec les Citizens. Devenu le meilleur buteur de l’histoire du club avec 254 buts, l’Argentin a donc déjà rapporté 4 millions d’euros supplémentaires au club madrilène.

14 – Stefan Schwarz

Modeste joueur de Sunderland qu’il rejoignit en 1999, Stefan Schwarz n’en avait pas moins la clause la plus étonnante qu’il soit. Déterminé à voyager dans l’espace dès que des vols commerciaux seraient ouverts, l’international suédois s’est en effet vu imposer une clause l’interdisant d’aller dans l’espace jusqu’au terme de son contrat avec les Black Cats.

15 – Thiago Silva

Le contrat de Thiago Silva au PSG dévoilé par les Football Leaks était un modèle du genre avec de très nombreuses clauses étonnantes. L’une d’elles prévoyait ainsi huit aller-retour Paris-Rio en classes affaires pour des vols. Une autre, une prime d’éthique de 33 000 euros incitant le défenseur brésilien à ne pas faire de commentaires négatifs sur le PSG, ses dirigeants ou son entraîneur.

16 – Thibaut Courtois

Prêté à l’Atletico Madrid par Chelsea durant trois saisons à partir de 2011, Thibaut Courtois avait joué un rôle prépondérant dans l’élimination des Blues par les Colchoneros lors des demi-finales de la Ligue des champions au printemps 2014. Le contrat établi par les Blues prévoyait d’ailleurs que les Colchoneros devaient s’acquitter d’une coquette somme si les deux équipes étaient amenées à se rencontre en Ligue des champions. Une somme qui allait de 500 000 euros pour un match de poules à 4 millions d’euros pour une finale. Alertée par le club madrilène, l’UEFA a néanmoins annulé cette clause, la jugeant «nulle et inapplicable».

17 – Cristiano Ronaldo

Recruté pour 94 millions d’euros à l’été 2009, Cristiano Ronaldo a fait le bonheur du Real Madrid durant neuf saisons. Neuf années au cours desquelles le quintuple Ballon d’or a suscité de nombreuses convoitises. Mais les dirigeants merengue avaient assuré leurs arrières en faisant insérer à son contrat, comme pour Kaka et Karim Benzema, une clause libératoire fixée à un milliard d’euros.

18 – Denis Bergkamp

Si son incroyable sens du jeu avait de quoi faire peur à de nombreux défenseurs, Dennis Bergkamp n’en avait pas moins, lui aussi, une phobie, l’aérodromophobie, c’est-à-dire la peur des avions, née d’un vol compliqué lors de la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. De quoi lui valoir le surnom «Non-Flying Dutchman», en référence à Johan Cruyff, surnommé le Hollandais volant. Surtout, le Batave avait fait ajouter à son contrat une clause lui permettant de faire l’impasse sur certains déplacements s’ils n’étaient possibles que par avion.  Mais il n’hésitait pas à faire jusqu’à 20 heures de voiture pour rejoindre certaines cités européennes.

19 – Neymar

Recruté par le Barça au nez et à la barbe du Real Madrid, Neymar était en position de force au moment de négocier son contrat avec les Blaugrana. Le Brésilien ne s’est d’ailleurs pas privé d’ajouter quelques clauses lucratives. L’une d’elles lui permettait ainsi de recevoir une prime de 2,5 millions d’euros s’il ne contestait pas les choix de son entraîneur au sujet de son placement sur le terrain. Une autre l’autorisait à faire venir ses amis du Brésil tous les deux mois au frais du club catalan.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom