FRANCE : Crash d’un Mirage 2000, le ministère des Armées annonce la mort de …

Le ministère des Armées a annoncé ce jeudi soir, la mort des deux membres de l’équipage du Mirage 2000 qui s’est écrasé dans le Jura. Le ministère des Armées présente ses sincères condoléances à la famille, aux proches et aux frères d’armes du capitaine Baptiste Chirié et de la lieutenante Audrey Michelon, morts en service aérien commandé.

De même source, le travail des équipes est compliqué en raison des chutes de neige. « Elles ont recouvert les débris de l’avion de chasse qui a été pulvérisé. À chaque élément retrouvé, une balise est déposée. C’est ensuite à la section de recherches d’analyser ces éléments. Des fragments humains ont été découverts sur le site. L’équipe scientifique procède aux vérifications ADN pour confirmer les identités.Quelques militaires restent sur place durant la nuit pour surveiller la zone » précisent nos confrères.

“Les opérations de recherche du Mirage 2000D, dont le signal avait été perdu mercredi dans la matinée, ont malheureusement conduit à la confirmation du décès des deux membres d’équipage, le capitaine Baptiste Chirié et la lieutenant Audrey Michelon”, affirme la ministre des Armées, qui se rendra sur place vendredi, soulignant que “les circonstances précises de cet accident restent à établir”.

Dans un communiqué, le chef d’état-major de l’Armée de l’air, le général d’armée aérienne Philippe Lavigne exprime pour sa part “sa très forte émotion et ses plus sincères condoléances aux familles et aux proches” des deux militaires. “Breveté pilote de chasse, le Capitaine Baptiste Chirié détenait la qualification de pilote de combat opérationnel. Il totalisait 24 missions de guerre et 940 heures de vol”, poursuit-il. “Brevetée Navigateur Officier Systèmes d’Armes, la Lieutenant Audrey Michelon détenait la qualification de sous-chef navigatrice. Elle totalisait 97 missions de guerre et 1250 heures de vol.”

Le chasseur-bombardier polyvalent avait disparu des écrans radar vers 11H00 mercredi au moment où il effectuait un vol d’entraînement à basse altitude au-dessus du massif jurassien.