FRANCE : Le sénégalais Mamadou Kébé, proche de l’ex avionneur Serge Dassault, retrouvé mort par pendaison

Cet homme de 38 ans était connu pour ses relations avec Serge Dassault. Une enquête a été ouverte sur les causes de sa mort.

Le corps sans vie de Mamadou Kébé, 38 ans, a été retrouvé pendu au bout d’une corde, sur une aire de jeu du parc Aimé-Césaire à Corbeil-Essonnes, en France. La découverte macabre a eu lieu vendredi dernier, renseigne Libération.

Ce sont des témoins qui ont donné l’alerte vers 0 h 30. Sur place, les pompiers n’ont pu que constater le décès. Une enquête a néanmoins été ouverte afin de déterminer les causes de la mort. Il sera procédé à une autopsie du corps.

Il avait bénéficié de « dons » de Serge Dassault

Mamadou Kébé a bénéficié de plusieurs « dons » de la part de Serge Dassault, maire de Corbeil jusqu’en 2008. La justice s’interrogeait sur le fait de savoir si cet argent, plus d’un million d’euros, a pu servir à acheter des votes afin de faire élire Jean-Pierre Bechter, proche de Dassault, au poste de maire de Corbeil. Le milliardaire, décédé le 28 mai dernier, avait expliqué lui avoir donné 1,2 M€ pour qu’il cesse de le harceler lui et sa famille.

Le jeune homme, originaire du quartier des Tarterêts, était parvenu à pirater la messagerie téléphonique de Serge Dassault et avait ainsi eu accès, à l’époque, aux messages laissés par certains ministres tels que Brice Hortefeux ou Jean-François Copé. Le trentenaire avait été mis en examen pour tentative d’extorsion de fonds et appels malveillants.

« Je voudrais raconter mon histoire. » Nous sommes dans les premiers jours de juin 2018. Le corps de Serge Dassault, décédé le 28 mai 2018 d’une défaillance cardiaque, vient tout juste d’être mis en bière lorsque se présente Mamadou Kébé, ex-voyou de la cité des Tarterêts, l’un des quartiers de Corbeil-Essonnes, devenu par le hasard de la vie la pièce maîtresse d’un des plus gros scandales électoraux de la dernière décennie.

Accompagné d’un tiers, le jeune homme a pris rendez-vous avec l’un des auteurs de cet article, également directeur de collection chez Plon. Sous le bras, un dossier plastifié contenant une ébauche de manuscrit, un projet de livre d’une centaine de pages, accompagné de quelques photos, au parfum de confession que l’éditeur n’a finalement pas souhaité publier et qui n’a semble-t-il trouvé preneur nulle part ailleurs.

Eviter de « susciter le trouble » dans la cité

Enfant de Corbeil, Mamadou Kébé narre dans ce document inédit sa version de l’affaire de sa vie: celle des achats de votes présumés lors des municipales de 2009 et de 2010 au profit de Serge Dassault et de son entourage, et les millions qui ont valsé autour de lui. Une histoire qui lui vaut d’être mis en examen en 2014 par la justice pour « complicité d’achat de votes et financement illicite de campagnes électorales », partageant en cela la compagnie, flatteuse pour un si petit voyou, du puissant milliardaire aujourd’hui disparu.

Dans la nuit du 4 au 5 janvier 2019, les rêves de grandeurs de Mamadou Kébé se sont éteints au bout d’une corde. L’homme de 38 ans a été retrouvé pendu dans un parc, en plein coeur du quartier sensible des Tarterêts, comme l’ont révélé nos confrères du Point. Au vu du profil de l’intéressé, le parquet d’Evry a immédiatement ouvert une enquête pour déterminer les causes de la mort. L’autopsie réalisée n’aurait rien révélé de suspect. Mais des analyses toxicologiques étaient toujours en cours en fin de semaine dernière, le 11 janvier. « Le parquet tient à ce que toutes les portes – c’est-à-dire toutes les hypothèses, y compris celle d’un crime maquillé en suicide – soient fermées consciencieusement », explique une source judiciaire à L’Express, afin d’éviter de « susciter le trouble » dans cette cité sensible, où l’homme faisait figure de célébrité.

En attendant, la rumeur tourne à plein dans l’ancienne ville de Dassault. « Mamadou s’est fait fumer », « pendu d’accord, mais pieds et poings liés », « il a été traîné par une voiture »… Des affirmations non avérées, des on-dit vraisemblablement bidon, mais qui circulent de bouche-à-oreille au pied de ces grands ensembles sortis de terre après-guerre. Car il faut bien le dire, personne ne croit au suicide.

Il « ne dormait pas », se pensait « suivi »

Son premier avocat, le pénaliste Damien Brossier n’avait plus eu de contact avec Mamadou Kébé depuis près d’un an mais se souvient d’un homme « sur la défensive ». Il soupçonnait tout le monde de travailler pour Dassault, se disant « suivi », confie l’un de ses interlocuteurs« Il ne dormait pas, continue Damien Brossier, travaillait dans la boîte de nuit qu’il avait montée en Belgique, se plaignait de tracas qu’on lui causait pour son établissement », y voyant la main de ses puissants ennemis. A juste titre?

En 2013, au détour d’une plainte déposée contre Serge Dassault et d’autre part un gars de Corbeil, Kébé découvre que des écoutes téléphoniques mettent en cause l’entourage du milliardaire: on aurait voulu lui tendre un piège, à lui et à d’autres, en les attirant au Maroc pour les y faire « incarcérer sous un prétexte fallacieux » pour mieux les « empêcher de parler ». La justice n’a pas encore tranché, mais le parquet a délivré un réquisitoire de non-lieu dans ce volet. Kébé racontera en 2016 au juge: « Je sais que M. Dassault m’a payé. Pour lui, je représente un danger. »

Le dernier échange de Brossier avec son client, par SMS, prend toutefois une résonance particulière au regard du sort de l’ancien petit voyou des Tarterêts: l’avocat lui recommandait de prendre garde à ses anciennes fréquentations: « ils ont la rancune tenace », écrivait-il fin 2017.

Le soldat de Serge Dassault

Menaces, rackets, tentatives d’assassinats, meurtres… A Corbeil-Essonnes le climat est devenu délétère depuis que les élections de 2008 qui ont porté une troisième fois Dassault à la tête de la ville ont été annulées pour cause de « dons d’argent d’une ampleur significative ». Mamadou Kébé en sait quelque chose: il fait partie des obligés du magnat de l’aéronautique et de la presse. « Kébé, le soldat de Serge Dassault » : c’est ainsi qu’il avait intitulé son projet de livre, sur la couverture duquel il posait avec des liasses de billets…

« Je n’ai pas connu d’âge d’innocence », raconte-t-il en revenant sur sa famille originaire du Sénégal, un père polygame arrivé en France en 1961, que la deuxième épouse, sa mère, rejoint en 1979. Avec ses douze fils et quatre filles, le père, pâtissier puis employé dans le nettoyage, a du mal à nourrir les siens. Kébé lorgne bientôt avec convoitise le train de vie des « voyous notoires » du quartier. Comment faire pour avoir, comme eux, « de grosses voitures allemandes, des vêtements de marque, des chiens pitbull? ».

Pour « survivre », le jeune homme commence à voler, et c’est l’engrenage. Rapidement, les commissariats, les tribunaux et les cellules de prison n’ont plus de secrets pour lui. En 2001, il tabasse un adversaire « plus grand et plus costaud » que lui, et le voilà auréolé du « respect » du quartier. Condamné pour tentative d’homicide sur un gendarme, en détention il s’inscrit à l’école, vise un BEP comptabilité et est libéré « pour bonne conduite ».

 » Nous pouvions rapporter des voix »

Kébé ne va plus tarder à s’intéresser à la politique locale, indissociable du « Vieux »: Serge Dassault. « Pour aller voter, certains auraient reçu de petits cadeaux », dit-on en ville. La figure de l’industriel tout-puissant fascine le jeune homme, au point de se trouver des points communs avec « Sergio », comme le surnomme son entourage: « Son casier judiciaire est aussi long que le mien, voire plus fourni. » Voilà Kébé déterminé à rejoindre l' »armée » électorale dont tout le monde parle.

Dans son livre, il précise avoir été contacté « par une adjointe à la mairie ». Un matin, il se lève aux aurores, enfile « une chemise blanche achetée pour l’occasion » et rencontre le premier cercle de l’avionneur. Kébé est désormais reçu au Clos des Pinsons, la résidence de Dassault. « On nous a contacté [Kébé et ses acolytes, NDLR] parce que nous faisions partie de familles nombreuses, que nous pouvions rapporter des voix, que nous avions une influence », expose l’homme au juge en 2017.

Il va pousser des familles à voter pour Serge Dassault ou pour son successeur à la mairie en 2009. A la clef, une promesse d’embauche, une inscription gratuite au permis de conduire, un appui pour un logement social… Pour les récalcitrants, des menaces et intimidations. Son équipe empoche 60 000 euros remis par une intermédiaire dans des enveloppes kraft, écrit-il. Des propos identiques au témoignage qu’il avait auparavant livré à la justice. Plus tard, il négocie un pactole avec Dassault. « Combien faut-il pour calmer les habitants ? », aurait demandé l’industriel. « J’ai souri, assure Kébé, et avant même que je ne réponde, le vieux a dit ‘450 000 euros, ça vous suffira ?' »

Dassault promet une enveloppe colossale: 1,7 million d’euros

L’histoire ne s’arrête pas là. Les élections de 2009 sont également invalidées et les mêmes personnages repartent en campagne en 2010. De petit caporal, voilà Kébé propulsé lieutenant de cette armée particulière. Les enchères montent en même temps que le grade. Cette fois, Serge Dassault lui promet une enveloppe colossale: 1,7 million d’euros. La victoire à nouveau arrachée coûte que coûte, Kébé n’a plus qu’à se rendre au Liban pour récupérer l’argent, en suivant un protocole alambiqué dicté par le « Vieux » qui ne semble avoir peur de rien: « Moi on ne peut pas m’écouter, mon téléphone on ne le met pas sous surveillance, vous savez j’ai des amis », aurait confié Dassault à Kébé avant que leur relation ne dégénère, le premier accusant le second de harcèlement et de racket.

Le manuscrit résume le fameux « système Dassault »: « Dans le quartier, tout le monde [le] connaît mais n’y entre pas qui le souhaite. Dans cette mafia le mot d’ordre est l’organisation. Le « Vieux » voulait que tout soit sous contrôle. Serge Dassault est d’une extrême intelligence, il s’est servi de ses qualités de businessman pour mettre en place un système infaillible à Corbeil et assurer sa longévité municipale. »

Source : L’express

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom