FRANCE : Polémique et colère après la publication de la photo de cette petite fille portant une étoile jaune à la marche contre l’islamophobie

Parmi les manifestants, dimanche, contre l’islamophobie, au moins trois personnes portaient une étoile jaune, à l’image de celle imposée aux juifs par les nazis. Un « dérapage », que ne cautionne pas l’imam de la mosquée de Bordeaux.

pu, a suscité une vive émotion et une polémique sur les réseaux sociaux. « Ceux qui arborent cette étoile jaune, ne connaissent pas l’histoire des juifs en France. On ne peut pas faire des comparaisons comme cela, on n’est pas dans les années 1930. Ce dérapage ne sied pas à cette manifestation qui dénonce l’exclusion de cette manière-là », a rappelé l’imam de la mosquée de Bordeaux, auteur de Appel à la réconciliation ! : foi musulmane et valeurs de la République française (éditions Plon, mai 2019).

Indignation chez LaREM, LR et au PS

La plupart des leaders du Printemps républicain, mouvement qui défend la laïcité, ont également relayé la photo en la dénonçant. « Le détournement de l’étoile jaune est une infamie », s’est désolé l’ancien vallsiste Gilles Clavreul. Idem chez La République en marche, où la députée des Yvelines Aurore Bergé accuse les manifestants présents sur l’image d’avoir « instrumentalisé » la jeune fille.

Le maire Les Républicains du XVIIe arrondissement de Paris, Geoffroy Boulard, dénonce quant à lui « une manipulation de la Shoah ». L’intellectuel Bernard-Henri Lévy juge « ignoble » cette « mise en scène » et condamne directement Esther Benbassa. « Il n’y a pas d’autobus place de la Contrescarpe. Pas de Vél d’Hiv ni d’étoile jaune contre les musulmans », a-t-il tweeté. 

Le sénateur socialiste David Assouline adopte une tonalité tout aussi virulente. « Je cherche les mots pour dire mon écœurement », a-t-il écrit, qualifiant finalement la photo d' »obscène ». 

Benbassa se défend de tout antisémitisme

La sénatrice Esther Benbassa, elle, se défend de tout antisémitisme. Dans une série de tweets, l’élue EELV affirme ne pas avoir « remarqué ces insignes ». Puis elle précise que la jeune fille, ainsi que les manifestants avec qui elle défile, portent « une étoile à 5 branches (celle portée par les Juifs en comptait 6), un croissant de lune évoquant la fin du Ramadan ».

« Et me voici traitée d’antisémite et de négationniste. Moi, une juive, ayant consacré ma vie à écrire l’histoire des miens », s’émeut-elle, brandissant les couvertures des différents ouvrages qu’elle a pu écrire ou co-écrire sur le sujet. 

« La condition des Juifs dans les années noires et celle des musulmans aujourd’hui ne sont pas comparables. Mais que nos contemporains stigmatisés s’identifient à ces souffrances passées est tout à fait compréhensible. Personne ne vole ici sa souffrance à personne. »

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom