FRANCE : Pourquoi HULOT a démissionné du gouvernement ?

Nicolas Hulot a annoncé mardi 28 août, sur France Inter, qu’il démissionnait de son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire. « Je prends la décision de quitter le gouvernement », a déclaré Nicolas Hulot.

« Est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation de pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à nous mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non », a déploré Nicolas Hulot.

« Je ne veux plus me mentir »

« Je vais prendre, pour la première fois, la décision la plus difficile de ma vie », a poursuivi l’ancien animateur. « Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là. Et donc je prends la décision de quitter le gouvernement. »

Nicolas Hulot affirme qu’il n’avait prévenu ni Emmanuel Macron ni Édouard Philippe de sa décision. « Ce n’est pas forcément très protocolaire », a-t-il admis. Il précise avoir pris sa décision lundi 27 août au soir, « elle a été mûrie cet été ». Il indique n’avoir prévenu personne, « y compris [sa] propre épouse ».

Si j’avais prévenu Édouard Philippe et Emmanuel Macron de ma démission, ils m’en auraient peut-être dissuadé à France Inter

« Qui serait à la hauteur tout seul, où sont mes troupes, qui ai-je derrière moi ? » , s’est interrogé le ministre démissionnaire, tout en indiquant sa « profonde admiration pour Emmanuel Macron et pour Édouard Philippe. »

Nicolas Hulot a reconnu que sa présence au gouvernement avait été une souffrance ces derniers mois. « Sauf à basculer, ce que peut-être j’allais devenir, cynique. Et finir avec une sorte d’indifférence sur les échecs. Je me suis surpris, parfois, par lassitude, à baisser les bras, et à baisser mon seuil d’exigence », a poursuivi Nicolas Hulot. « Et là, je me suis dit ‘c’est le moment d’arrêter », reconnaissant qu’il n’avait « peut-être pas » les épaules pour être ministre.

Nicolas Hulot avait participé lundi 27 août à une réunion à l’Élysée avec des représentants des chasseurs, à l’issue de laquelle Emmanuel Macron a accepté de diviser par deux le prix du permis national de chasse, et a dessiné les contours d’une vaste réforme de la chasse, suscitant l’inquiétude des défenseurs de l’environnement.

 

france tv info

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom