Groupe consultatif de Paris : Le Sénégal chouchouté par les bailleurs, 7300 Milliards CFA décrochés

Les travaux du Groupe consultatif de Paris viennent de prendre fin. Au terme de l’exercice, les bailleurs de fonds ont promis au Sénégal la somme de 14,6 milliards de dollars (7300 milliards de francs Cfa).

Le groupe de la Banque mondiale s’engage à mener à terme son partenariat avec le Sénégal sur les rails du PAP 2,  vu les bons résultats du PSE. Son vice président  annonce que «  les réformes accomplies ces dernières années dans les secteurs de l’énergie, des télécommunications et de l’économie numérique ont permis de débloquer un financement budgétaire d’appui aux réformes de 180 millions de dollars, approuvé vendredi dernier, le 14 décembre, par notre conseil d’administration, et qui  constitue le plus important appui budgétaire de la Banque mondiale au Sénégal ».

C’est plus du double des 2850 milliards de francs Cfa initialement visé. L’annonce est de Louise Cord, la directrice de la Banque mondiale pour le Sénégal.

Bruno le Maire : « Pourquoi nous avons donné 1,5 milliard d’Euros pour le Pse »

Ainsi selon Hafez M. H. Ghanem Vice-président de la banque mondiale pour l’Afrique, pour maintenir les taux de croissance élevés actuels, il est nécessaire de continuer à approfondir ces réformes dans les domaines de l’énergie et de l’économie numérique, ainsi que dans les secteurs de l’agriculture et du foncier qui sont essentiels pour attirer le secteur privé dans le monde rural et favoriser une croissance inclusive. Et que certainement la Banque restera aux côtés du Sénégal pour soutenir les réformes.

Ce groupe consultatif pour lancer le deuxième Programme d’Actions Prioritaires 2019-2023 du PSE, le PAP 2, coïncide en effet  avec le nouveau Cadre Stratégique de partenariat (CPF) de la Banque mondiale avec le Sénégal. Pour Hafez M. H. Ghanem, ce nouveau cadre stratégique pour les six prochaines années vise à soutenir les progrès du Sénégal vers une croissance forte et inclusive à court terme, tout en préparant le terrain et en posant les jalons nécessaires pour aider le pays à atteindre l’émergence d’ici 2035.

Cette stratégie est structurée autour de trois objectifs majeurs qui sont  la stimulation de la compétitivité et la création d’emplois grâce à une croissance basée sur le secteur privé;  le développement accéléré du capital humain pour améliorer la productivité et déclencher le dividende démographique; et l’amélioration de la résilience et de la durabilité dans un contexte de risques importants. La transition digitale et la question genre seront également au cœur de cette nouvelle stratégie de façon transversale, rappelle t-il.

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom