Guinée : Alpha Condé, 81 ans, la honte de l’Afrique !

Alpha Condé  est soupçonné de tripatouiller la constitution pour s’offrir un troisième mandat. Pour cette  avidité, voire cette boulimie du pouvoir semble, prêt à tout y compris passer sur le cadavre de ses compatriotes guinéens.  Toute choses qui rappelle tristement les vieux démons ce pays.

Le président guinéen joue allègrement avec le feu et a manifestement, oubliant le déshonneur avec lequel Blaise Compaoré  a été  chassé du pouvoir en 2014 ou encore  comment Mamadou Tanja a été dégagé en 2010 du pouvoir, au Niger, pour avoir tenté de jouer les prolongations après ses deux mandats constitutionnels. Enfin, le président guinéen oublie que la Cour pénale internationale (CPI) est  toujours en activité.

8 morts, une  dizaine de blessés et plusieurs arrestations. C’est le bilan qu’aurait fait la répression  des manifestants en Guinée, cette semaine dans le cadre d’un appel à manifester,  lancé par le Front national pour la défense de la constitution.

Société civile et opposition sont persuadées, le président de la République veut s’offrir un nouveau mandat. En cela, Alpha Condé fait partie assurément des dirigeants qui infligent la honte à l’Afrique, qui permettent que les autres manquent allègrement du respect à ce continent. Après tout ce qu’a vécu le peuple guinéen depuis les indépendances : la dictature, des  sacrifices et des drames au prix desquels, le pays a retrouvé le chemin de la démocratie, – et dont lui-même a fait les frais-, c’est à peine croyable qu’au moment où finit son deuxième et dernier mandat,  Alpha Condé tente  de s’accrocher  au pouvoir telle une sangsue. Même pas du respect pour son titre de professeur. Professeur de droit de surcroit. Tout comme s’il n’y avait pas de vie après le pouvoir ou  encore, si la Guinée devrait s’arrêter après lui. Mais que non ! Il ne peut y avoir déluge après Alpha Condé parce que lui-même n’est pas un démiurge avec de super capacités, autant que nous le sachions.  Et donc il n’est pas indispensable.

De la nécessité de sortir par la grande porte

A 81 ans, Monsieur le président, c’en est assez. Le temps est au repos. Il vaut mieux prendre la retraite et vous occupez de vos petits-enfants plutôt que de s’accrocher à une fonction jusqu’à atteindre un âge grabataire. Vous avez fait ce que vous avez pu. Vos compatriotes vous le reconnaitront. Les réformes que vous croyez être dans l’intérêt des Guinéens et que vous n’auriez pas pu entreprendre,  ne vous inquiétez pas, vos successeurs s’en occuperont. Vous ne pouvez en aucun cas être indispensable pour votre pays. Nul être n’est indispensable. Au contraire, il y certainement nombre de Guinéens qui peuvent gouverner autant et voire mieux que vous le  pays. De ce point de vue, vous pouvez partir dans l’honneur. Ce message des manifestants mérite que vous l’entendiez et preniez une sage décision. Même si votre cour vous pousse à foncer.

Des  problèmes, on en a suffisamment dans la sous-région et dans chaque pays, vous Alpha Condé feriez mieux d’en épargner un de plus à la sous-région. La démocratie, c’est aussi les alternances. Vous comprendrez que  vous laborieuses et spécieuses justifications ne convainc personne. En effet, votre forfaiture latente critiquée de toutes parts, vous a affirmé. «Non seulement, la constitution a des insuffisances par la façon elle a été adoptée, mais aussi le monde a évolué. Il faut adapter notre constitution à ce nouveau monde. Cela n’a rien à voir avec le troisième mandat ou pas ».Qui peut bien croire à ces explications si ce n’est votre cour. On est d’ailleurs  habitués à ce genre d’arguments fallacieux de la part des autres membres de votre « syndicat» de chez d’État quand, ils veulent passer à l’acte, quand ils veulent tripatouiller les textes pour rester.  C’est de faire part que le peuple veut.

 En soi, il n’y a pas de crime à modifier une constitution

C’est à cause des présidents «pouvoiristes»  dans l’âme, comme vous semblez l’être, Monsieur  le président, que  finalement  toute intention de changer la constitution dans un pays africain est toujours suspect, mal vu et à juste raison. Or en temps normal, dans un pays normal, on peut, pour ne pas dire, on doit changer, une constitution pour l’adapter aux défis nouveaux qui se posent à la nation ou pour corriger éventuellement quelques injustices sociales, voire politiques. Seulement vous comme d’autres «pouvoiristes» , lorsque vous entreprenez des modifications  ou changement de la constitution, c’est pour vous  servir à titre personnel. C’est pour vous maintenir au pouvoir et continuer à profiter des délices de la fonction et des coulisses du palais. Dans certains cas, c’est pour surveiller vos arrières, vous protéger parfois des poursuites pour les crimes éventuellement commis pendant votre magistère.

Monsieur le président, vous devrez savoir qu’il y a une vie après le pouvoir. Vous dirigeants africains, avez coutume de dire aux jeunes, n’attendez pas toujours l’emploi de l’État, allez créer, lancez-vous dans l’entrepreneuriat. Et bien vous aussi Alpha Condé, allez-vous  lancer, allez créer votre cabinet si de par votre personnalité, vous estimez que vous devez continuer  à travailler. Reconvertissez-vous  en consultant international  si tant est que vous voulez toujours être actif, faire travailler vos méninges.

C’est d’ailleurs curieux de voir que des présidents de la République, cherchent laborieusement à s’accrocher au pouvoir. Or pendant leur magistère, ils ont rencontré toute sorte de personnalités d’envergure et de stature mondiale, ils se sont constitués des carnets d’adresse impressionnants à travers le monde et a rencontré des gens fascinants. Ce carnet d’adresse devait être une opportunité inestimable à exploiter en tant qu’ancien chef d’État pour faire affaires pour les anciens présidents qui sont des damnés du travail. En sus, avec une carte de visite ancien président de la République de tel, beaucoup de portes s’ouvrent facilement. C’est pourquoi  le coach en développement Patrick Armand Pognon, ironise en disant que s’il y avait  un concours pour être ancien chef d’État, il préférerait bien, lui, ce poste d’ancien président plutôt que d’être président en exercice.

Il y a tant de choses utiles que vous pouvez faire pour votre pays en tant qu’ancien chef d’État. Vous pouvez, par exemple, mettez votre expérience dans la formation de la jeunesse de votre pays à la conscience citoyenne et la postérité retiendra.

Mais vouloir tripatouillez la constitution pour rester au pouvoir en marchant sur le cadavre des Guinéens ne vous honore pas et vous risquez même de trouver la CPI à vos trousses.  Et à travers la mobilisation exceptionnelle de ce lundi, 14 octobre, dans les grandes villes du pays, les Guinéens vous ont clairement dit qu’ils n’en veulent pas. Vous devez écouter ce message. «On ne veut pas un troisième mandat, on ne veut pas une nouvelle constitution, on ne veut pas un référendum. Nous manifestions qu’à la fin de son deuxième mandat,  il laisse l’opportunité aux autres accéder au pouvoir pour qu’on ait un nouveau président»,  dit Ibrahima Bah, un manifestant à Conakry et c’est à l’unisson que vos compatriotes le disent.

Votre ami Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, lui après avoir lancé une  balle de sonde qui n’était pas favorable à son troisième mandat, semble avoir abandonné, malgré l’envie folle qu’il avait de s’accrocher lui aussi. Espérons que vous suivrez ses pas.

Monsieur Alpha Condé, qu’il vous souvienne, Blaise Comparé, toute honte bue, a été obligé fui dans le déshonneur son pays à cause du refus catégorique des Burkinabé d’un tripatouillage pour se maintenir au pouvoir, au Niger Mahamadou Tandja, a été déposé parce qu’il voulait une prolongation. Le peuple  nigérien n’en voulait pas, il s’est entêté. Et l’armée a pris ses responsabilités. Donc méfiez-vous !

Par Noël SAMBOU

PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom