Idrissa Seck sur la visite de Macron : “Les rapports entre l’Occident et l’Afrique sont des rapports de domination et de pillage…”

La venue du président français, Emmanuel Macron au Sénégal a soulevé une vive polémique, depuis un certain temps. Après le PDS qui appelle au boycotte, c’est au tour de Idrissa Seck de monter au créneau. En tournée de proximité Orange à Tambacounda, le leader de « Rewmi », nous dit le journal l’Observateur, s’est attaqué à la visite de Macron.

Même si ses détracteurs pensent le contraire, il y a une chose qui ne souffre aucun doute chez Idrissa Seck: sa pugnacité. Hier compagnon de Me Wade dans la longue marche pour la conquête du pouvoir, auquel il goûtera peu, avant d’être envoyé en prison.

Ensuite, souteneur de Macky Sall, dont il deviendra très vite un allié encombrant. Idrissa Seck demeure toujours un infatigable combattant, qui ne cesse de repousser l’horizon de sens de son ambition politique : briguer le suffrage des Sénégalais.

Malgré les accusations, aussi drues et fragiles que la savane sénégalaise qu’il parcourt depuis presque un an, le patron du Rewmi semble foncer vers un destin présidentiel qu’il croit de plus en plus proche. Comme bon nombre de ces Sénégalais qu’il rencontre aux quatre coins du pays.

Dans le sud-est du Sénégal (Tambacounda) où il est en tournée, l’ancien Premier ministre s’est prononcé sur les questions de l’heure qui agitent la gazette politique. C’était à l’étape de Bakel. Après s’être ému de l’état de cette partie de la route nationale N°1, communément appelée «le tronçon de la mort», un tracé d’asphalte long de 243 kilomètres faits de crevasses et de nids-de-poule, Idrissa Seck s’est longuement entretenu avec les populations sur leurs conditions de vie et sur le modèle de gestion, quasi clanique, du pays.

Interpellé sur la visite du Président français, Emmanuel Macron, le patron de Rewmi a servi un discours à forte tonalité historique sur les relations France-Afrique. «Les rapports entre l’Occident et l’Afrique sont des rapports de domination et de pillage, il incombe à notre génération de mettre un terme à cette tendance et d’inaugurer une ère de coopération gagnant-gagnant, respectueuse de la dignité et de la souveraineté africaine.»

Le patron de Rewmi s’est également prononcé sur la situation qui prévaut à Saint-Louis. Visiblement préoccupé par le sort des pêcheurs sénégalais, souvent à la merci des garde-côtes mauritaniens, Idrissa Seck, qui a présenté ses condoléances à la famille du défunt, exhorte les Etats sénégalais et mauritaniens «à tout faire pour hisser leurs relations à la hauteur des liens pluriséculaires qui les unissent».

Le patron de Rewmi a profité de l’occasion pour inviter les populations au calme. Idrissa Seck a par ailleurs réitéré son soutien à Khalifa Sall et rappelé aux juges que la justice, colonne vertébrale de notre démocratie, ne doit pas être manipulée à des fins politiciennes.


PARTAGER

FAIRE UN COMMENTAIRE

SVP faire un commentaire !
SVP entrer ici votre nom